Elisabeth Borne et le réseau des Missions Locales : principaux points et retour en vidéo de la rencontre du 15 février

Représentation du réseau |

Lundi 15 février, près de 500 représentants et membres de l’Union nationale des Missions Locales étaient réunis pour un temps d’échange en visioconférence avec Elisabeth Borne, ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion. La ministre a présenté les dernières décisions relatives à la mise en oeuvre du Plan #1jeune1solution et les modalités de partenariat du ministère avec le réseau des Missions Locales. Ont également été apportées des réponses relatives aux grands enjeux d’actualités identifiés par les instances de l’Union nationale et des Associations régionales des Missions Locales. Principales annonces et retours en vidéo des différentes séquences.

A lire également, le communiqué de presse du ministère du travail paru ce jour : Garantie jeunes : assouplissement des conditions d’entrée dans le dispositif et augmentation des crédits des missions locales

Des critères d’accès assouplis pour la Garantie jeunes

Pour faciliter le déploiement des 200 000 places en Garantie jeunes, Elisabeth Borne a annoncé des évolutions liées aux conditions d’entrée et aux modalités de mise en œuvre de ces parcours.

Ces assouplissements porteront sur les critères de non-imposition, de ressources et de durée des parcours. Ainsi :

  • un jeune n’aura plus nécessairement besoin de se déclarer fiscalement autonome pour bénéficier de la Garantie jeunes. Le conseiller de la Mission Locale pourra, à titre exceptionnel, attester lui-même de sa situation de précarité et de rupture vis-à-vis de sa famille.
  • le plafond de ressources pourra également être évalué sur les trois ou les six derniers mois, selon l’appréciation la plus favorable pour chaque jeune, permettant ainsi de prendre en compte des parcours plus variés, avant l’entrée en accompagnement.
  • enfin, la durée de ce parcours sera désormais modulable, en fonction de la situation de chaque jeune, et pourra aller de 9 à 18 mois, afin de s’adapter au plus près des besoins d’accompagnement.

En outre, la Garantie jeunes sera désormais ouverte aux jeunes en situation de handicap, jusqu’à l’âge de 30 ans.

« Garantie jeunes universelle » : une équipe projet installée fin février

La ministre a également rappelé que, sur le modèle de la Garantie jeunes, le principe d’une rémunération associée à un parcours vers l’emploi a été étendu aux jeunes accompagnés par Pôle emploi et l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) ainsi qu’aux jeunes engagés dans un parcours d’accompagnement pour entrer en formation, comme les « prépa-apprentissage ». L’ensemble de ces jeunes peuvent désormais bénéficier d’un accompagnement vers l’emploi et d’une rémunération pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois, en fonction de leurs besoins.

Il s’agit d’une première étape vers une « Garantie jeunes Universelle ». Pour en définir les contours, une équipe projet sera installée d’ici la fin du mois de février. En lien, notamment avec les Missions Locales, elle sera chargée de travailler à une nouvelle logique d’accompagnement des jeunes vers l’emploi, en prenant en considération les conclusions du rapport du Conseil d’orientation des politiques de jeunesse (COJ), sous la présidence d’Antoine DULIN, président de la Commission insertion du COJ.

Des échanges structurés autour des enjeux identifiés par le réseau des Missions Locales

Stéphane Valli a ouvert la rencontre en remerciant, au nom de l’ensemble du réseau des Missions Locales, la ministre de venir échanger dans un cadre inédit réunissant les présidents, administrateurs et directions du réseau.

Il a également profité de son intervention pour saluer la mobilisation des Missions Locales en 2020 et le mois dernier aux côtés des jeunes. Au cours de sa prise de parole, il a insisté sur les éléments de diagnostic de la situation actuelle des jeunes en revenant notamment sur la dernière étude de la DARES sur la situation du marché du travail et de celle sur la situation de l’intérim. Il a complété son propos en indiquant également l’explosion des problématiques de santé mentale en raison de l’isolement social constatée par le réseau depuis le début de la crise sanitaire. Des impacts qui vont jusqu’à une dégradation évidente de la confiance des jeunes en l’avenir en rappelant qu’ « une jeunesse qui ne croit plus en son avenir, c’est une société qui devient malade … », et qu’il fallait œuvrer collectivement « à leur permettre d’envisager à nouveau des horizons radieux. ». C’est d’ailleurs « pour cela que les présidents, administrateurs, directions et salariés, s’engagent et innovent chaque jour au sein du réseau des Missions Locales. ».

Dans son propos, il est revenu sur la mise en œuvre de « l’obligation de formation » qui doit constituer « la mère de toutes les batailles que nous avons à mener » pour intervenir au plus tôt pour prévenir les ruptures dans les parcours des jeunes. Enfin, après avoir assuré la Ministre de « la mobilisation pleine et entière du réseau des Missions Locales dans la réussite du Plan#1jeune1solution et plus largement pour l’intérêt des jeunes et l’intérêt général », il a rappelé sa conviction de la nécessité de s’ « inscrire collectivement dans un partenariat exigeant fondé sur des engagements réciproques pour nous hisser à la hauteur du défi qui nous attend » afin de « faire la démonstration de nos ambitions partagées pour la jeunesse de notre pays. »

Elisabeth Borne s’est également réjouie de pouvoir échanger avec le réseau des Missions Locales à l’occasion de cette visioconférence au « format inédit ».

Elle s’est jointe aux remerciements formulés par Stéphane Valli et a salué le les « efforts remarquables » et le « rôle déterminant » joué par les Missions Locales dans la mise en œuvre du Plan #1jeune1solution.

Elle est notamment revenue sur les contributions décisives de l’Union nationale et des Missions Locales à la plateforme 1jeune1solution.gouv.fr que ce soit au travers du rappel des jeunes en demande de conseils, que des contenus proposés pour nourrir l’agenda du portail.

Ses nombreux déplacements et échanges avec des jeunes au sein des Missions Locales ont raffermi sa conviction sur le « rôle essentiel » joué par le réseau pour « aller chercher les jeunes et les accompagner dans leur insertion sociale et professionnelle pour lutter contre les inégalités de destin ».

Pour permettre aux Missions Locales de disposer rapidement des moyens nécessaires à leur action, la ministre a confirmé l’accélération du calendrier des pré-notifications et du versement de l’acompte sur la subvention issue de la Convention pluriannuelle d’objectifs dans les prochaines semaines.

Elle a également indiqué que, conformément à la demande unanime du réseau relayée par l’Union nationale, qu’il ne serait pas tenu compte des indicateurs de performance dans l’allocation des moyens des Missions Locales en 2021 en raison du contexte sanitaire. Concernant l’appréciation des « sorties positives » des dispositifs portés par les Missions Locales, la ministre a repris à son compte la proposition du réseau de comptabiliser également les sorties en formation en plus des sorties en emploi et en alternance.

Concernant l’accès des jeunes à la Garantie jeunes, la ministre a présenté les premières décisions concernant à l’assouplissement des critères d’accès relatifs à la non-imposition, au plafond de ressources et à la durée des parcours (voir ci-dessus). Ainsi, dans un esprit de confiance dans le savoir-faire des Missions Locales, « un jeune n’aura plus forcément besoin de se déclarer fiscalement autonome [… ], le conseiller de la Mission Locale pourra attester à titre exceptionnel de sa situation de précarité et de rupture avec sa famille.

Elisabeth Borne a conclu son propos liminaire en rappelant compter sur le réseau des Missions Locales pour la réussite du programme « Promo 16/18 » porté par l’AFPA et pour la promotion de la convention signée en novembre 2020 relative au renforcement des coopérations dans le suivi des jeunes relevant de l’Aide sociale à l’enfance afin de « systématiser » la présence des Missions Locales dans les entretiens de pré-majorité de ces jeunes.

La ministre s’est ensuite prêtée à un jeu de questions réponses avec les membres du bureau de l’Union nationale des Missions Locales.

[VIDEO] Les leviers de renforcement de la mission d’orientation et de facilitation d’accès à la formation et à la qualification des jeunes

Clotilde Valter, présidente de la Mission Locale de Lisieux et vice-présidente de l’UNML

[VIDEO] Une ambition renforcée pour l’insertion sociale et professionnelle des Jeunes sous-main de Justice

Arnaud Collignon , secrétaire de la Mission Locale de Tulle Centre-Corrèze et membre du bureau de l’UNML

[VIDEO] Le partenariat et la complémentarité des acteurs du Service public de l’emploi

Martin David-Brochen, président de la Mission Locale de Lille et de l’AREFIE et secrétaire-adjoint de l’UNML

[VIDEO] L’accompagnement des jeunes titulaires d’un baccalauréat ou équivalent sans solution après la campagne Parcoursup et des « décrochés » de l’enseignement supérieur

Jean-Patrick Gille, président de la Mission Locale de Tours et de l’ARML Centre Val-de-Loire et vice-président de l’UNML

[VIDEO] Les enjeux et l’état des réflexions sur le chantier de la « Garantie Jeunes Universelle »

Astrid Baud-Roche, administratrice de la Mission Locale du Chablais et trésorière-adjointe de l’UNML