« Je m’inscris dans la continuité du travail qui a été réalisé » (Stéphane Valli, nouveau président de l’UNML)

Représentation du réseau |

Rencontre avec Stéphane Valli, nouveau président de l’UNML, qui revient sur son engagement local puis national pour le réseau des Missions Locales.

Vous êtes engagé dans le réseau des Missions Locales depuis plus de 20 ans. Qu’est-ce qui a conduit à cet engagement local ? Comment caractériseriez-vous la Mission Locale que vous présidez ?

J’ai pris la présidence de la Mission Locale Faucigny Mont Blanc (Auvergne Rhône-Alpes) dès mon premier mandat d'élu. J’animais initialement une délégation à la jeunesse et le président de la Mission Locale de l’époque, voyant mon investissement, m’a proposé de candidater à la présidence.

Nous avons développé les activités de la Mission Locale dans un territoire très étendu, rural mais aussi industriel et touristique. Nous avons travaillé à nous rapprocher des jeunes, en ouvrant trois antennes et de nombreuses permanences. C’est une Mission Locale de taille moyenne, qui compte une vingtaine de salariés, et qui s’est adaptée au fil du temps, comme toutes les Missions Locales, en fonction de l’évolution du territoire, des attentes des parties prenantes (jeunes comme institutions) et des politiques publiques d’insertion.

Autre point également : nous avons créé une maison de l’emploi et nous avons mutualisé les moyens des deux structures, les locaux comme les ressources humaines. La maison de l’emploi a aujourd’hui évolué pour tendre vers une maison de services au public. Nous avons donc travaillé à une mise en cohérence des ressources à apporter aux jeunes, comme aux moins jeunes.

Nous avons aussi conçu une offre d’accompagnement dédiée aux créateurs d’entreprises.

Et nous avons depuis des années maintenant un excellent partenariat avec les agences Pôle emploi de notre territoire.

Pourquoi vous êtes-vous engagé au niveau national ?

Tout en m’appuyant sur cette expérience locale, je souhaitais avoir une vision plus large du fonctionnement du réseau, des enjeux pour les jeunes et les territoires, et du dialogue social.

J’ai toujours été intéressé par le dialogue social et j’ai souhaité pouvoir m’investir au niveau national. Je suis devenu président de la Commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI) et de la Commission paritaire nationale Interprétation et conciliation (CPNIC), en m’appropriant les spécificités de notre Convention collective (CCN), grâce à l’appui de l’équipe technique de l’UNML. Je suis attaché à la CCN parce qu’elle met en avant les compétences des salariés et leur permet de progresser en fonction de l’acquisition de nouvelles compétences.

Membre du bureau de l’UNML depuis des années, mon engagement s’est accentué lorsque je suis aussi devenu trésorier en 2017.

Quels enjeux prioritaires pour le réseau en 2021 et pour les années à venir ?

Lire les motions

Je m’inscris dans la continuité du travail qui a été réalisé, par le Conseil d’administration précédent et par Jean-Patrick Gille, président depuis 2010. Les enjeux se retrouvent dans les différentes motions adoptées lors de notre dernière assemblée générale : poursuivre la structuration du réseau au niveau régional et national, pour que notre association continue son travail de représentation et d’animation de réseau, et de dialogue avec le gouvernement pour mettre en place des politiques publiques les plus proches possibles des besoins et des attentes de jeunes.

Il est aussi fondamental d’impliquer davantage les jeunes dans l’évaluation des politiques publiques qui les concernent, notamment au travers de la redynamisation de l’institut Bertrand Schwartz.

Les questions de l’accompagnement des jeunes dans leur citoyenneté font aussi partie des motions adoptées. Dans une période où les jeunes se posent des questions dans un contexte compliqué, il est important de leur donner la possibilité de s’impliquer dans la « vie de la cité » et du pays.

Il s’agira aussi de poursuivre notre travail pour faire reconnaitre le droit à l’accompagnement des jeunes, qu’il soit garanti, avec des outils pérennes et adaptés.

Nous continuerons bien sûr également de nous mobiliser pour accompagner les jeunes à s’insérer, dans un contexte difficile. Le réseau des Missions Locales reste l’acteur central de la mise en œuvre des différentes mesures du plan gouvernemental #1jeune1solution.

Pour en savoir plus