[Pôle médias jeunes] L’exemple de «Regards Jeunes» à la Mission Locale de Lille

Du côté des Missions Locales |

Les « zoom » des médias jeunes en Mission Locale se poursuivent avec, cette fois-ci, un focus sur le projet collectif de journalisme citoyen, porté par les jeunes de la Mission Locale Lille Avenirs qui travaillent en formats papier et vidéo. Rencontre ici avec Fantine Dantzer, volontaire en Service Civique en charge du journal Regards Jeunes.

A lire également :
- L'exemple du fonctionnement du pôle média jeunes à la Mission Locale de Charleville-Mézières
- L’exemple de Lab’On-Id en Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Pouvez-vous décrire votre rôle en tant que volontaire pour Regards Jeunes ?

Dans le cadre de ma mission de Service Civique, je suis en charge du projet Regard Jeunes à la Mission Locale de Lille. Intéressée par le journalisme et à l’aise avec le milieu de la vidéo, m’occuper de Regards Jeunes était la mission de Service Civique parfaite pour moi.

Regards Jeunes fonctionne par roulement de volontaires en Service Civique. Je suis pour ma part bientôt à la fin de ma mission.

Comment fonctionne le collectif Regards Jeunes ?

Nous organisons des comités de rédaction une fois par mois qui s’appellent les « Rédac’Jeunes » dans lesquels se réunissent tous les bénévoles rédacteurs. Nous avons plus de 80 bénévoles rédacteurs dans notre base. Nous sommes en moyenne une vingtaine à chaque comité. Lors de ces comités, nous présentons le média Regards Jeunes pour les nouveaux arrivants. Nous leur expliquons le fonctionnement et nous les initions à l’écriture d’un article.

Ensuite, ils choisissent un sujet qui les intéresse. Au-delà du média, Regards Jeunes a un côté très pédagogique. En effet, même ceux qui ne sont pas intéressés par l’écriture journalistique ou le reportage, peuvent faire partie du collectif pour interviewer des personnalités qui les intéressent dans le cadre de leur projet professionnel par exemple.

Regards Jeunes est un trimestriel. Il contient une dizaine de rubriques : société, culture du Nord, invité, solidarité, environnement, sport, politique, étude,…

Le journal paraît sous forme de « Grand format ». Deux doubles pages du magazine sont dédiées à un sujet qui tient le plus à cœur au collectif. Il ne s’agit pas de leur passer des « commandes ». Ce sont les jeunes qui proposent et décident en collectif des sujets abordés. Je pense que c’est aussi pour cela que le projet fonctionne.

Nous montons en parallèle des journées thématiques telles que des journées débat pour alimenter les sujets. Le dernier Grand format paru en février portait sur « Jeunesse et politiques » avec l’arrivée des élections présidentielles.

Après avoir décidé des sujets sur lesquels nous allons travailler, il y a un travail d’accompagnement à l’écriture d’article et de recherche d’intervenants. Mon rôle est aussi de trouver des intervenants pour étayer les sujets.

Comment trouvez-vous vos invités ?

Etant en études de journalisme, j’ai l’habitude de prendre contact avec des intervenants et je suis à l’aise avec cela. J’y vais un peu au culot et cela marche souvent. Les personnes sont dans la plupart du temps très réceptives et partantes à l’idée de discuter avec nous puisque nous faisons du journalisme citoyen et de solution, ce qui reste positif.

Il y a aussi des jeunes très autonomes et à l’aise avec la prise de contact avec les invités.

Grâce à la Mission Locale, nous avons aussi une bonne base de contacts nous permettant de trouver assez facilement les intervenants.

Et comment fonctionne la partie vidéo ?

Pour la partie vidéo, nous fonctionnons de la même façon que pour le print. Nous récupérons les idées lors des comités de rédaction puis nous procédons aux tournages. Les jeunes préparent les interviews et réalisent les reportages. Avec mon collègue volontaire, nous procédons au montage. Certains bénévoles sont aussi intéressés pour participer et voir comment se déroulent les tournages et montages.

En termes de contenu, nous essayons de lier les sujets qui paraissent sur le journal papier avec ceux qui sortent en vidéo. Par exemple, en ce moment, à Lille, un grand festival appelé « Utopia » s’organise sur plusieurs mois. Nous avions pour idée de consacrer notre prochain Grand Format à ce festival.
L’idée est de coupler les articles écrits avec des vidéos qui illustrent ce festival.

J’avais également réalisé un mini-documentaire sur la journée débat sur les élections que nous avons organisée en février pour faire le lien avec le grand format de février consacré aux présidentielles.

Cela permet aussi que tous les jeunes s’y retrouvent. Certains jeunes sont plus à l’aise avec la lecture, d’autres avec la vidéo.

Qu’appréciez-vous le plus dans cette expérience ?

Ayant eu l’habitude de travailler assez solitairement auparavant que ce soit pour la vidéo ou dans mes études, j’ai appris à travailler en équipe grâce à Regards Jeunes. Ce n’est pas forcément ce que l’on nous enseigne à l’école.

D’un point de vue pédagogique, apprendre aux autres à écrire des articles et avoir leurs points de vue était très enrichissant.

J’ai apprécié partager ce que j’aime le plus faire avec des jeunes et c’était super de les voir s’épanouir avec Regards Jeunes au fil du temps.

Pour en savoir plus

Visiter la page dédiée à "Regard jeunes" sur le site de Lille Avenirs, la Mission Locale de Lille