[REPORTAGE AEF] «Celui qui a trouvé l’idée de la Mission Locale a bien visé» : regards de jeunes sur leur accompagnement

Du côté des Missions Locales |

À l’occasion de la Semaine nationale des Missions Locales, AEF info s’est rendu à Clichy-sous-Bois, à la Mission Locale de la Dhuys (Seine-Saint-Denis). Quatre jeunes ont partagé leur point de vue sur l’accompagnement qui leur est proposé. Que ce soit via le Prij ou la Garantie jeunes, ils sont satisfaits du suivi engagé. Alors qu’Emmanuel Macron a promis un "revenu d’engagement", les jeunes rencontrés sont favorables à l’idée d’une allocation plus ouverte que celle de la Garantie jeunes actuelle ou plus élevée que celle accordée en Pacea. Mais pas forcément convaincus qu’elle verra le jour.

Un reportage d'Alexandra Turpin, diffusé avec l'aimable autorisation d'AEF.

Jimony, Sofiane, Fatim et Univers, à la Mission Locale de la Dhuys (site de Clichy-sous-Bois), jeudi 14 octobre 2021. (AEF)

La 7e semaine nationale des Missions Locales se déroule du 13 au 22 octobre 2021. Environ 1 000 événements sont organisés par les missions locales, avec l’objectif de mieux faire connaître leurs rôles et services. À cette occasion, AEF info a pu échanger avec quatre jeunes suivis à la Mission Locale de la Dhuys (Seine-Saint-Denis).

Six communes de Seine-Saint-Denis

Cette structure accueille des jeunes de 16 à 25 ans, issus de six communes, dont certaines ont des quartiers classés en politique de la ville : Clichy-sous-Bois, Montfermeil, Livry-Gargan, Vaujours, Coubron et Le Raincy.

Les jeunes rencontrés saluent la qualité de l’accompagnement qui leur est proposé à la Mission Locale. "Mes parents sont en Guadeloupe où j’habitais avant également. Arrivé ici, j’avais besoin d’aide car je vis tout seul", explique ainsi Jimony, 17 ans. Il est titulaire d’un BEP et d’un bac pro "Relation clients" et cherche actuellement du travail. Il apprécie d’être aidé car il n’est pas simple de "trouver un travail, surtout pour un mineur".

Le contact avec les conseillers

Sofiane, 17 ans également, juge utile de pouvoir joindre quelqu’un chaque fois qu’il en a besoin. "Si j’ai une question, j’envoie un message. Ma conseillère me répond, soit de venir sur place si c’est urgent, soit elle m’envoie les informations. Il y a un même un numéro spécial pour que nous puissions les appeler", ajoute-t-il. Sofiane est en Garantie jeunes, tout comme Fatim.

Ils disent, tous les deux, du bien de cet accompagnement. "La Garantie jeunes m’a aidée. Avant, je me réveillais le matin et je n’avais rien, je ne savais pas quoi faire. Avec la Garantie jeunes, je suis aidée, conseillée. Il n’y a rien de compliqué, il faut juste suivre", raconte Fatim, 20 ans.

225 kilomètres à vélo

La Garantie jeunes est construite comme un dispositif intensif, qui associe des phases individuelles et des phases collectives. Fatim et Sofiane ont ainsi participé à un séjour de cinq jours à vélo, pour rejoindre Dieppe à partir de Clichy-sous-Bois, soit 225 kilomètres. Une initiative lancée par la Mission Locale, dans le cadre du "bel été solidaire" prévu par le département de la Seine-Saint-Denis. L’ambition était de leur permettre de changer de département et de faire du sport, après des périodes de confinement passées en intérieur. "Ce séjour m’a appris de nouvelles choses et m’a permis de me remettre au sport, ce que j’avais arrêté", commente Fatim, qui précise qu’elle est la seule fille à avoir terminé ce défi sportif.

La Mission Locale travaille aussi, six fois dans l’année, avec "La Cravate solidaire" qui vient avec son bus itinérant. Les jeunes repartent avec une tenue et des conseils pour se présenter lors des entretiens.

Univers, 22 ans, est accompagné en Pacea mais il a été en Garantie jeunes par le passé. "La Garantie jeunes a changé une partie de ma vie", indique-t-il. Déjà, il y a trouvé ses meilleurs amis. Ensuite, cela lui a permis d’obtenir "des expériences et des diplômes". Avec la Mission Locale, il a notamment préparé les entretiens d’embauche pour obtenir un contrat en alternance.

Payer son permis de conduire

La Garantie jeunes est aussi caractérisée par l’octroi d’une allocation, d’un montant de 497 euros par mois. "Cela m’aide beaucoup", précise Sofiane, qui l’a utilisée pour une inscription au permis de conduire. "Quand je suis arrivé à la Mission Locale et que j’ai vu que cela me permettait de toucher presque 500 euros, cela m’a motivé. Mais ensuite, il faut savoir trouver un emploi pour se faire payer plus. 500 euros cela n’est plus beaucoup quand on grandit", estime-t-il.

Fatim, elle, essaie de garder "le maximum d’argent" pour ses études. "Je les mets de côté pour pouvoir payer mes cours quand je reprendrai. Avant d’arrêter, j’étais dans une école payante", indique-t-elle. Dans son cursus précédent, son père a payé la première moitié des 4 000 euros de son école mais pas la seconde. Elle souhaite désormais reprendre les études en commerce international.

Promesse d’un revenu d’engagement

Pour rentrer en Garantie jeunes, il faut correspondre à un certain nombre de critères. Si ce dispositif fait l’objet d’un consensus, il ne permet pas de répondre à la totalité des situations de précarité des jeunes. Il y a donc eu, dans les derniers mois, de nombreux appels politiques, associatifs, syndicaux pour mettre en place un RSA pour les jeunes. Emmanuel Macron a annoncé, en juillet, son intention de mettre en place un "revenu d’engagement" pour toucher davantage de jeunes. Avec une allocation estimée aux alentours de 500 euros.

Univers n’y croit pas et souligne qu’Emmanuel Macron "ne tient jamais ses promesses". L’idée d’une aide supplémentaire lui semblerait toutefois bienvenue. "Celui qui a trouvé l’idée de la mission locale a bien visé. Mais il n’a pas bien fait les calculs. Il manque 8 euros", détaille Univers. Il appelle ainsi à proposer une somme "carrée" à 500 euros et non 492, comme en Pacea. Il note aussi que l’aide est moins élevée en Pacea qu’en Garantie jeunes.

Dans le cadre du Pacea, une allocation peut être allouée aux jeunes mais elle n’est pas automatique. Le montant mensuel de l’allocation ne peut excéder le montant mensuel du revenu de solidarité active hors forfait logement, soit 492,57 euros. Il y a aussi un plafond annuel, de six fois le montant mensuel du RSA. Ce plafond était plus bas avant la crise sanitaire (trois fois le RSA).

"Le fait que cela se termine peut décourager"

"Tout le monde ne peut pas s’inscrire à la Garantie jeunes. Certains n’ont pas les papiers, d’autres ont des moyens mais qui ne suffisent pas", réagit Fatim. Sofiane remarque aussi que la Garantie jeunes est limitée dans le temps : "Il faudrait rajouter une année en plus pour ceux qui n’ont pas fini leur projet", indique-t-il. Il décrit aussi le cas de jeunes qui ont trouvé une solution mais provisoire et sont ensuite "revenus à zéro". "Le fait que cela se termine au bout d’un moment peut décourager certains jeunes", abonde Jimony.

Brahim, conseiller en insertion et référent Prij, les informe que l’accompagnement ne s’arrête pas à la fin de la Garantie jeunes. Il peut continuer en Pacea, avec un suivi "un peu plus libre" mais un même accès aux conseillers et à des prestations d’aide (préparations d’entretien, job datings…).

Les jeunes présents n’étaient pas au courant. Univers précise que ne pas avoir cette information peut présenter certains avantages : "Si on sait que l’accompagnement continue, que rien ne s’arrête, cela ne nous aide pas à trouver du travail !"

Dans le cadre du Prij

Cet habitant de Clichy-sous-Bois est revenu à la Mission Locale, à l’issue de son bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques, effectué en alternance. Dans le cadre du Prij (Plan régional d’insertion pour la jeunesse), un conseiller a discuté avec lui alors qu’il attendait le bus. "Il m’a parlé de la Mission Locale. Je lui ai dit que je connaissais. Il m’a proposé un projet de court métrage qui m’a intéressé", retrace Univers.

Destiné aux jeunes âgés de 16 à 25 ans qui habitent l’un des quartiers prioritaires franciliens concernés, le Prij est présenté comme un parcours d’insertion sociale et professionnelle sur-mesure. C’est une méthode qui consiste à aller vers les jeunes puisque certains ne viennent pas, ou plus, en Mission Locale. Il s’agit, ensuite, de leur proposer un parcours personnalisé. Ce plan a été étendu début 2021, pour concerner 200 quartiers franciliens.

Musique, court-métrage et sport

Jimony en a aussi bénéficié, après avoir discuté avec un conseiller en allant prendre le tram. "Il m’a parlé d’activités liées au football. Ces projets de tournoi m’ont fait venir", relate-t-il. Jimony et Univers trouvent que les activités sont un bon moyen de faire connaître la mission locale et d’attirer des jeunes qui n’y vont pas.

"Je connais des jeunes de 16 ou 17 ans qui ne vont pas venir si on leur parle de recherche d’emploi. Mais ceux qui aiment la musique, par exemple, pourraient venir pour une activité", propose Univers. Il recommande de travailler sur des propositions variées puisque "le vélo c’est bien mais tout le monde n’a pas envie de faire 225 kilomètres".