#VoxMilo2020 Les Missions Locales ont jusqu'au 8 février 2020 pour envoyer les films des jeunes

Représentation du réseau |

Les Missions Locales ont jusqu’au 8 février 2020 pour déposer les films des jeunes sur la plateforme dédiée. L'occasion de partager l'expérience vidéo de Lisa Blachier, qui a participé aux premières réunions de création du Vox Milo Festival pendant sa mission de Service Civique, aujourd'hui assistante de production audiovisuelle à la Mission Locale du Pays Salonais.

Les candidatures au VoxMilo Festival sont ouvertes jusqu'au 8 février 2020

Toutes les informations sont en ligne sur www.voxmilo.tv
Suivre toute l'actu VoxMilo sur Facebook

Rencontre avec Lisa Blachier, Mission Locale du Pays Salonais : «On devient créatif, rigoureux et on apprend à travailler en équipe après cette expérience» #VoxMilo2020

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 24 ans, je connais la Mission Locale depuis 2016. J’ai effectué un BTS Communication et après son obtention, je ne savais pas trop quoi faire, je me suis tournée vers la Mission Locale qui m’a proposé une mission de Service Civique qui est de “favoriser la participation des jeunes par le biais de la vidéo” au pôle audiovisuel de Salon-de-Provence, ce qui m’a donné goût à la vidéo, à la réalisation de courts-métrages et reportages. Le but de cette mission était de travailler avec et pour les jeunes de la Mission Locale sur diverses vidéos. Nous avions par exemple des fiches métiers sous forme de vidéo, ou bien des portraits de parcours de jeunes atypiques à réaliser.

J’ai ensuite continué mes études dans ce milieu-là, j’ai obtenu ma licence professionnelle Métiers de la Télévision. Je suis aujourd’hui de retour à la Mission Locale au pôle audiovisuel en tant qu'assistante de production audiovisuelle. Le Service Civique m’a donc ouvert pas mal de portes et une vocation que je ne soupçonnais pas.

Comment avez-vous eu connaissance du Vox Milo Festival ?

J’étais présente pendant la période de création du Vox Milo Festival. J’ai participé avec les jeunes de la Mission Locale aux premières réunions et comités de pilotage durant lesquels on a imaginé tout ce que pouvait être et contenir ce festival avec la mise en place d’une certaine charte à respecter.

Selon vous, que vous apporte, à vous-même, et aux autres jeunes, de travailler dans un projet audiovisuel comme celui-ci en Mission Locale ?

Je trouve que cette action permet aux jeunes d’apprendre à travailler avec une bonne cohésion d’équipe. Elle permet aussi de développer la créativité, qui est un aspect que j’apprécie, puisque c’est avec la créativité de tous que l’on écrit nos scénarios. La rigueur est aussi attendue pour pouvoir créer un film. On devient donc créatif, rigoureux et on apprend à travailler en équipe après cette expérience.

Quels sont vos projets professionnels ?

Je compte continuer dans le milieu de la réalisation vidéo dans mes emplois à venir. Le milieu associatif me plaît beaucoup car on se sent vraiment utile.