Bilan du confinement et enjeux de la reprise pour les Missions Locales (Le quotidien de la formation/Centre Inffo)

Représentation du réseau |

Pendant le confinement, les Missions locales ont tout fait pour garder le contact avec les jeunes qu’elles accompagnaient, mais doivent maintenant relancer les dispositifs gelés et les accueils physiques.

Un article de Mariette Kammerer, Le Quotidien de la Formation/Centre Inffo, publié avec ler aimable autorisation.

A l’heure où les Missions locales engagent leur déconfinement, quel bilan peuvent-elles tirer du confinement? Selon Jean-Patrick Gille, président de l’UNML (Union nationale des Missions locales), les conseillers ont gardé le contact par téléphone et via les réseaux sociaux et ont poursuivi leur accompagnement à distance: « Il y a eu en moyenne 400 000 contacts par semaine, pour 600 000 accompagnements. On s’est d’abord concentré sur les jeunes en urgence sociale, et on a pu dématérialiser presque toutes les procédures. »

La Mission locale de Salon-de-Provence a multiplié les contenus, vidéos et tutoriels sur les réseaux sociaux pour garder ce lien ( voir article ). Mais celle de Montreuil témoigne néanmoins de nombreux jeunes perdus de vue, car ne disposant pas des outils numériques pour suivre les ateliers en visio-conférence, et démotivés par l’arrêt des formations et des recrutements. "La principale demande des jeunes, comme ils n’avaient pas accès à l’emploi et à la formation, a été l’aide financière" , rapporte à l’AFP Pascal Bouxirot, son directeur, qui a mobilisé 70 000 euros d’aide directe.

Craintes pour l’apprentissage

Concernant la formation, "nous n’avons pas encore de chiffres, mais globalement les sessions commencées se sont poursuivies à distance, alors que les entrées en formation, qui étaient en forte croissance en début d’année, ont été gelées" , indique Sandrine Aboubadra-Pauly, déléguée générale de l’UNML. "On reprend contact avec l’Afpa, les E2C, Pôle emploi, pour identifier les cursus qui peuvent se poursuivre à distance et ceux qui nécessitent du présentiel" , ajoute-t-elle. Jean-Patrick Gille craint une baisse des recrutements en apprentissage, "qui concernaient beaucoup les métiers de bouche, très impactés par la crise" . LUNML va faire le point avec les branches professionnelles.

Reprise de la Garantie jeunes

Les objectifs pour la reprise sont de relancer les dispositifs les plus impactés par le confinement : la Garantie jeunes, dont les entrées ont été suspendues ; les périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) ; et le service civique. L’autre enjeu est d’accueillir de nouveaux inscrits, qui ne vont pas manquer d’affluer avec la crise économique qui s’annonce. "Nous allons lancer un grand questionnaire pour connaître la situation des jeunes" , ajoute Jean-Patrick Gille.

Pour l’heure, le déconfinement s’engage « pas à pas », en suivant une feuille de route nationale en quatre étapes, "que chaque antenne peut déployer à son rythme " : assurer la santé et la sécurité des salariés (évaluation des risques, recensement RH) ; recevoir sur rendez-vous les jeunes les plus en difficulté ; relancer les accompagnements spécifiques comme la Garantie jeunes, et enfin rouvrir les permanences d’accueil physique en flux.