Un entretien constructif mais non conclusif avec le conseiller social d’Emmanuel Macron

Représentation du réseau |

Lors de la dernière Conférence des présidents des Missions Locales, les élus ont décidé de lancer une large mobilisation du réseau des Missions Locales et de solliciter une audience au Président de la République. Objectif : l’alerter sur les conséquences des retards de paiement et des modifications subites des règles de comptabilisation et de paiement de l’accompagnement des jeunes dans le cadre de la Garantie jeunes. Jean-Patrick Gille, président de l’UNML et Serge Kroichvili, délégué général, ont été reçus lundi 15 avril par Pierre-André Imbert, conseiller social au cabinet d’Emmanuel Macron. Compte-rendu des échanges et des propositions.

Cet entretien a permis de rappeler l’engagement du réseau des Missions Locales pour la réussite des politiques publiques d’accès des jeunes à l’autonomie et à l’emploi, avec un accompagnement personnalisé de chacun d’entre eux… Mais aussi les multiples difficultés et incompréhensions rencontrées depuis plusieurs mois et surtout d’alerter sur les difficultés de trésorerie que rencontrent les Missions Locales, qui, au 15 avril n’ont toujours rien reçu. Qui plus est, la majorité d’entre elles n’ont pas encore la connaissance précise des montants qui leur seront attribués en 2019.

L’UNML a rappelé au conseiller social d’Emmanuel Macron que les modifications des règles de comptabilisation et de paiement des crédits d’accompagnement de la Garantie jeunes ont gravement altéré la situation financière des Missions Locales. Elles se retrouvent avec des comptes d’exploitation 2018 déficitaires et des annonces de crédits pour 2019 souvent en baisse, et avec une trésorerie exsangue, pour certaines d’entre elles.

C’est pourquoi l’UNML a demandé :

  • le versement immédiat des avances des crédits de la Convention pluriannuelle d'objectifs (CPO) et de la Garantie jeunes à toutes les Missions Locales,
  • des éclaircissements sur les modalités de leur comptabilisation et des montants 2019,
  • l’abondement des crédits de l’accompagnement des jeunes dans le cadre de la Garantie jeunes à hauteur de 160 millions d’euros en 2019, et leur maintien sur les prochaines années pour réussir la lutte contre la pauvreté des jeunes,
  • la négociation d’une convention pluriannuelle tripartite Etat-Région-UNML assurant un socle de financement structurel aux Missions Locales qui leur permettrait d’assurer leur mission de Service public territorial de l’insertion des jeunes.

Au terme d’un entretien d’une heure trente qui a permis de faire un état des lieux complet de la situation, l’UNML a demandé au conseiller social du Président de la République qu’une solution soit rapidement trouvée pour sécuriser la situation économique des Missions Locales. A également été proposée d’engager dans ce cadre une négociation permettant de dépasser un fonctionnement par instructions ministérielles.

Dans l’attente de réponses précises, l’UNML continue à demander aux Missions Locales de retenir la signature des CPO et de poursuivre leur mobilisation.