Rencontre de la commission des Missions Locales ultramarines en métropole

Représentation du réseau |

A la faveur du déplacement des Missions Locales ultramarines en métropole venues participer aux rencontres nationales à Montpellier, l’UNML a organisé une rencontre de la Commission ultramarine le 14 mai 19 avec les principaux responsables des administrations centrales, concernées par l’accès des jeunes à l’emploi et à l’autonomie. L’objet de cette rencontre : présenter la situation de la jeunesse dans le contexte socioéconomique de l’outre-mer, l’action des Missions Locales et leurs propositions pour améliorer l’insertion des jeunes.

L’Union Nationale des Missions Locales accompagne depuis bientôt 10 ans les Missions Locales d’Outre-mer dans leur structuration pour le développement de leurs activités pour et avec les jeunes ultramarins, afin de prendre en compte la spécificité socio-économique de leurs territoires. La commission des Missions locales ultramarines a été créée par l’UNML en mars 2017, afin de développer les échanges et les actions entre les structures des hémisphères Nord et Sud.

Cette commission réunissant présidences et directions des 12 Missions Locales est présidée par Claude Fournet, vice président de l’UNML et par Herman Rifosta, président de l’ARML de La Réunion.

Les 12 Missions Locales présentes dans les deux hémisphères avec 165 lieux d’accueil, sont en contact avec prés de 150 000 jeunes ultramarins chaque année, dont elles prennent en compte les projets personnels et les besoins spécifiques, avec notamment un niveau de formation moins élevé qu’en métropole (+17 points), une pauvreté importante des jeunes (de 22 % à 45%), des attentes en matière de mobilité intra-insulaire et extraterritoriale, d’accès au logement, de parentalité et insertion.

Photo ci-dessus : Clément Cadoret, conseiller, délégation interministérielle à la lutte contre la prévention et à la lutte contre la pauvreté. A sa gauche : Emilie Guérin, Adjointe à la cheffe de mission, Mission pour l’accès des jeunes à l’emploi (DGEFP) et Rose Mazéas, chargée de mission, Mission pour l’accès des jeunes à l’emploi (DGEFP).

Les élus et les directions des Missions Locales ultramarines ont présenté aux représentants de la DGEFP, de la DGOM et de la délégation interministérielle à la lutte contre la pauvreté, leurs analyses du contexte ultramarin et leurs propositions.

Les propositions présentées concernent notamment la discrimination positive nécessaire de l’Etat :

  • Reconnaitre l’expertise, le professionnalisme des Missions Locales opérateurs et prescripteurs de plein droit, en soutenant leurs actions notamment auprès des collectivités territoriales, pour le déploiement des politiques publiques de jeunesse : PIC/ PACTE, plan pauvreté, IAE, etc.
  • Sécuriser leurs financements prenant en compte la réalité du chômage des jeunes et la spécificité des territoires avec la mise en place de conférences des financeurs, dans chaque territoire,
  • Confier aux Missions Locales la responsabilité de la signature des PEC et renforcer l’alternance : contrats de professionnalisation adaptés, financement du tutorat, Service civique alterné,
  • Créer un fonds de soutien aux initiatives pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes,
  • Renforcer la mobilité régionale, nationale et internationale en créant un dispositif spécifique aux jeunes ultramarins.

Cette première rencontre a contribué à engager des échanges qui seront suivis de travaux avec les différents responsables des administrations afin de concrétiser les réponses aux attentes de la jeunesse ultramarine des deux hémisphères.