Le Service Civique dans les Missions Locales en 2018

Représentation du réseau |

L’année 2018 a été marquée par la mobilisation de nombreuses nouvelles Missions Locales dans le champ du Service Civique. Ce sont ainsi 21 structures qui se sont vues reconnaitre le statut de plateforme (76 au total). En tout, près de 206 structures ont porté au moins une mission sur l’année. L’augmentation quantitative a cependant été moins importante que prévue (+12%) en raison du report à 2019 de certains projets d’envergure et de la limitation, par l’Agence du Service Civique, du nombre de contrats pouvant être engagés par le réseau.

Lire le bilan 2018 / Le Service Civique dans les Missions Locales

L’activité de Service Civique dans les Missions Locales

L’Union Nationale des Missions Locales poursuit son engagement en faveur du Service Civique et le réseau des Missions Locales s’est largement mobilisé afin d’intégrer le Service Civique dans son offre de services. L’agrément national joue à ce titre un rôle de levier d’action et d’appropriation du Service Civique pour les 436 Missions Locales. Elles contribuent ainsi à renforcer les principes d’accessibilité et de mixité en permettant l’accès des jeunes de tous niveaux de qualification et de toute origine sociale au Service Civique.

Des Missions Locales assurent un rôle d’information et d’orientation des jeunes de 16 à 25 vers des missions d’intérêt général. Elles garantissent ainsi l’accompagnement des jeunes dans leurs missions et leurs parcours d’avenir. Elles offrent également un rôle d’appui aux partenaires en assurant l’intermédiation pour les structures éligibles à l’accueil de volontaires et non agréées. Elles peuvent se voir ainsi reconnaître la qualité de Missions Locales « plateformes du Service Civique » sur leur territoire.

Le réseau des Missions Locales est également un des acteurs essentiels de l’accès des jeunes à une mission de Service Civique au plan national. Plus de 15 300 jeunes (dont 9 900 Jeunes femmes, un tiers a un niveau inférieur au niveau V) accompagnés par les Missions Locales ont réalisé une mission de Service Civique en 2018, dont 30% habitent un territoire isolé.

Ainsi en 2018, les Missions Locales ont mis en œuvre 2784 contrats d’engagement. Au total, ce sont 206 Missions Locales qui ont porté au moins une mission de Service Civique. En 2018, l’UNML portait ainsi le 3ème agrément associatif national en nombre de contrats signés.

75,9% des contrats d’engagement se sont réalisés dans le cadre de l’intermédiation Les Missions Locales se sont ainsi largement mobilisées et 21 nouvelles structures se sont vu reconnaître le statut de plateforme.

En termes de représentativité régionale, toutes les régions sont impliquées. La répartition est hétérogène relativement aux caractéristiques des territoires des Missions Locales et à la présence d’autres acteurs agréés.

Ainsi, près de 37% des missions de Service Civique de l’agrément national se sont déroulées en 2018 dans la région Hauts de France, 15% en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et 13% dans les territoires ultra-marins.

Les missions proposées s’inscrivent en majorité dans le domaine de la solidarité avec 38,4% des contrats. Cette thématique représente notamment des missions telles que « faciliter le lien entre les jeunes et la Mission Locale », « créer du lien entre les générations » et « favoriser la mixité sociale ». La mission « lutter contre la fracture numérique » du domaine de l’éducation pour tous reste la mission la plus déployée.

En termes de profil des volontaires, les jeunes réalisant une mission dans le cadre de l’agrément collectif national restent moins diplômés que la moyenne nationale des volontaires : 73% des jeunes engagés ont un niveau bac ou infra (contre 65% au niveau national).

La part des jeunes de niveau inférieur au bac est de 29,34%.

Le réseau des Missions Locales contribue ainsi à l’accessibilité des jeunes les moins qualifiés et la mixité des publics.

D’autres indicateurs témoignent de la diversité des profils des volontaires :
- Le genre : 58% des volontaires sont des femmes, et 42% des hommes.
- L’âge : la moyenne d’âge est de 21 ans. La répartition est de 6% de jeunes de moins de 18 ans, 42 % de jeunes de 18 à 20 ans, 27% des jeunes de 21 à 22 ans et 25% de jeunes de 23 ans et plus. En 2018, le nombre de volontaires mineurs a augmenté de plus d’un point.
- Le statut : plus de 75% sont des demandeurs d’emploi, 1% sont salariés, 14% sont étudiants et 10% inactifs. Ces taux reflètent le profil des publics accueillis par les Missions Locales dans qui sont majoritairement demandeurs d’emploi.
- La situation de handicap : 1,9 % des volontaires.

L’intermédiation est un outil important de développement du Service Civique par les Missions Locales. Elle est représentative de la nature des partenariats sur un territoire. Ainsi, 24% des missions sont exercées au sein d’une Mission Locale tandis que 76% sont réalisées auprès d’une structure tierce. Cette importance de la part de missions proposées en intermédiation s’explique en grande partie par l’augmentation du nombre de Missions Locales reconnues « plateforme du Service Civique sur son territoire » au cours de l’année 2018. Les Missions Locales « plateformes » du Service Civique réalisent un travail important de mise en conviction des acteurs locaux (associations, élus, collectivités locales, …) afin de leur permettre d’accueillir des volontaires dans le cadre de mises à disposition, en garantissant de bonnes conditions d’accueil et d’exercice des missions. En 2018, 76 Missions Locales sont reconnues « plateformes du Service Civique » via une convention de partenariat avec l’UNML.

Le Service Civique à l’international

Depuis 2015, l’UNML s’est engagée à développer des missions de Service Civique à l'International. Cette dimension d’engagement citoyen des jeunes à l’international apparait particulièrement importante car elle est synonyme d’ouverture aux autres et au monde et contribue au développement de compétences transférables pour les volontaires qui s’engagent.

Pour cela, l’UNML et France Volontaires ont signé une convention de partenariat et ont impulsé un programme pilote intitulé « Ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international ». Ce programme a porté trois ans durant sur l’identification de jeunes de 18 à 25 ans et leur mobilisation, sous statut d’engagés du Service Civique pendant une durée de 7 mois, en tant qu’ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international. Son objectif est de promouvoir le volontariat à l’international auprès de jeunes peu ou pas diplômés et les volontaires ont pour mission d’encourager et d’aider les jeunes à vivre une expérience de volontariat international quelle que soit leur expérience de la mobilité à l’étranger ou leur niveau de qualification.

En tout, ce sont plus de 100 jeunes qui ont bénéficié de ce programme dont une quinzaine de jeunes étrangers accueillis en France dans le cadre de la réciprocité (3e vague, début 2018).

D’autre part, l’UNML a été la structure d’envoi retenue par l’OFQJ dans le cadre du programme de volontariat franco-québécois. Ainsi, 4 volontaires français issus de quatre Missions Locales différentes sont partis au Québec en 2018.

Par ailleurs, plusieurs Missions Locales ont mené des projets d’envoi de volontaires en Service Civique à l’international. En 2018, ce sont au total, 33 jeunes qui ont effectué une mission de Service Civique à l’étranger : Belgique, Luxembourg, Palestine, Tunisie, Côte d’ivoire, Togo, Québec, Burkina-Faso, Pérou, Cambodge, Bénin.

Dans le cadre de la réciprocité, en 2018, une vingtaine de volontaires étrangers ont été accueillis sur des missions de Service Civique, dans 11 Missions Locales différentes.

La démarche d’auto-évaluation

L’accroissement important du nombre de missions proposées dans le cadre de l’agrément que porte l’UNML pour le réseau des Missions Locales pose la question de la qualité des missions d’engagement des jeunes et de leur suivi. Pour garantir ce même niveau de qualité dans un contexte de fort développement, l’UNML a engagé les Missions Locales « plateformes du Service Civique sur leur territoire » dans une démarche d’auto-évaluation du déploiement de cette mesure sur leur territoire, dans le cadre de l’intermédiation.

L’UNML s’est engagée dans l’élaboration d’une démarche qualité qui permet de s’intéresser aux conditions d'exercice des missions proposées : recrutement et accueil des volontaires, encadrement, formation civique et citoyenne, etc. Après la conduite de plusieurs missions dans les territoires ayant permis de tester cette démarche, il est apparu pertinent d’organiser le transfert de cette méthode aux Missions Locales, dans une logique d’auto-évaluation, par elles-mêmes, de l’activité d’intermédiation qu’elles développent.

Les objectifs de la démarche sont de trois niveaux :

  • Pour l’Agence du Service Civique : veiller à la qualité des missions de Service Civique proposées dans le réseau des Missions Locales, à travers l'agrément porté par l'UNML et s'assurer de leur conformité avec le cadre légal et réglementaire du Service Civique.
  • Pour les Missions Locales : veiller à la qualité des missions de Service Civique proposées par les partenaires dans le cadre de l’intermédiation ; Identifier des axes de progression pour améliorer l’accompagnement des partenaires et des jeunes volontaires en Service Civique.
  • Pour l’UNML : accompagner les Missions Locales dans le développement du Service Civique, en veillant à la qualité des missions proposées ; Recenser les outils et bonnes pratiques observées dans le réseau dans un objectif de mutualisation et de partage ; Valoriser auprès de l’Etat et des partenaires, le travail réalisé par le réseau des Missions Locales en matière d’accompagnement des jeunes et des partenaires dans le déploiement du Service Civique.

Après une première phase de test en 2017, ce sont 8 Missions Locales qui ont mené à terme cette démarche en 2018. L’objectif est de monter à une vingtaine de nouvelles structures engagées en 2019.