«Il faut bouger pour réussir !» (Tour de France des volontaires en Service Civique)

Représentation du réseau |

L’expérimentation « Tour de France des volontaires en Service Civique » s’est achevée mercredi 3 juillet avec sa restitution à l’Assemblée nationale, à l’invitation de Christine Cloarec, députée et vice-présidente du bureau de l’UNML. Les 10 jeunes volontaires, accompagnés de leurs conseillères et conseillers, ont pu échanger avec les députées présentes et la présidente de l’Agence du Service Civique, Béatrice Angrand. Retour en bref sur le projet et témoignages de deux jeunes volontaires pour lesquels cette action, et plus globalement l’accompagnement en Mission Locale, ont été des étapes décisives dans leurs vies de jeunes adultes.

Photo, de gauche à droite : Lucie Martin (Mission Locale du Pays Salonais) ; Andréas Montagu (Mission Locale Métropole Nord-Ouest) ; Alexandre Raba (Mission Locale La Rochelle-Ré-Pays d’Aunis) ; Léa Jézéquel (Mission Locale du Pays de Brest) ; Coleen Maunier (MIAJ La Seyne-sur-Mer) ; Mourad Daoudi (Mission Locale du Pays Salonais) ; Timothée Dahmani (Mission Locale Métropole Nord-Ouest) ; Emilie Larbaletrier (Mission Locale du Pays de Brest) ; Dounia Laure (MIAJ La Seyne-sur-Mer) ; Lise Lemée (Mission Locale La Rochelle-Ré-Pays d’Aunis)

En bref / Le tour de France des volontaires en Service Civique

  • Cette action permet aux jeunes de développer leur connaissance de territoires jusqu’alors inconnus et d’encourager leur mobilité géographique en faveur de leurs projets personnels et professionnels. Dans le cadre d’une mission de Service Civique, les 10 volontaires ont parcouru, en binôme, cinq territoires différents. Ils sont allés à la rencontre d’autres jeunes et ont produit des supports (radio, vidéo, reportage photos …) valorisant leur engagement et les spécificités de chaque territoire.
  • 5 Missions Locales impliquées dans ce projet de mobilité : Métropole Nord Ouest, La Rochelle-ré-Pays d’Aunis, Pays de Brest, Pays Salonais, La Seyne-sur-Mer/Ouest Var.
  • 10 volontaires engagés dans une mission de citoyenneté.

Témoignages de Mourad Daoudi (Mission Locale du Pays Salonais) et de Lise Lemée (Mission Locale de La Rochelle)

Connaissiez-vous la Mission Locale avant d’y aller ?

Mourad : Je connaissais la Mission Locale parce que j’avais plusieurs amis qui y étaient inscrits. Je voulais déjà y aller quand j’étais au lycée parce qu’on m’avait dit que c’était une association qui aidait les jeunes. Mais on m’a dit que la Mission Locale n’inscrivait que les jeunes qui n’étaient plus à l’école. Mais j’ai tout de même eu un bon accueil ! (rires)

Après avoir arrêté la fac, je suis retourné à la Mission Locale parce que je savais qu’ils pouvaient m’aider. Je voulais arrêter la licence, je voulais me réorienter. Mon conseiller m’a vraiment aidé, grâce à lui j’ai pu travailler sur mon projet professionnel, et intégré la Garantie jeunes, tout cela avant de commencer cette mission de Service Civique. Je sais maintenant que je vais faire un BTS Commerce international.

Lise : Je connaissais déjà la Mission Locale aussi, par ma mère qui m’en avait parlé quand j’ai fini mon bac et que je ne savais pas trop quoi faire de ma vie. J’avais été une première fois en Mission Locale et j’avais rencontré un conseiller qui m’avait orientée vers une formation que je souhaitais vraiment faire. J’ai fait un BTS Tourisme, puis j’ai repris contact avec ce conseiller deux ans après parce que, de nouveau, je ne savais plus trop quoi faire. J’avais ce projet de mobilité mais je ne savais pas comment le concrétiser. J’avais regardé Erasmus +, j’avais été au CDIJ mais je ne voyais par trop comment m’y prendre. Et grâce à mon conseiller Mission Locale, j’ai pu être positionnée sur cette offre de Service Civique (Tour de France) qui collait complètement à mon projet : la Mission Locale m’a été une 2e fois d’une aide précieuse. Un Service Civique est toujours une expérience valorisante et bénéfique pour l’enrichissement personnel et professionnel.

Quelles sont les 2 ou 3 choses qui vous ont le plus marquées dans cette mission ?

Lise : On a visité beaucoup de régions et… Le Sud, le Var, c’est super beau (rires) ! Le Nord, je parviens plus à m’y projeter pour le travail. Nous avons aussi réalisé plein d’activités merveilleuses que nous avons pu faire dans le programme que nous ont concocté les Missions Locales.

Mourad : Mon conseiller m’avait dit que cette mission serait intéressante pour commencer à me faire un réseau et découvrir des régions différentes. J’ai trouvé que La Rochelle était un très bel endroit. Avant je ne bougeais pas trop, et je retiendrai toutes les différences qui existent entre ces régions. J’ai été aussi super intéressé de voir comment les autres Missions Locales travaillent. J’aimerais dire aux gens que ce n’est pas juste un endroit pour faire des CV et des lettres de motivation. En vrai, les Missions Locales sont vraiment là pour aider les jeunes, elles essaient de ne lâcher personne.

Lise : Quand on a visité les mairies, cela m’a donné envie de participer à la vie politique de ma ville. Au moins me renseigner et mieux connaitre les élections. Cela m’a apporté des connaissances complémentaires qui me permettent aujourd’hui d’être une vraie citoyenne.

Mourad : La mobilité, cela devrait être obligatoire pour tous les jeunes. Je sais de quoi je parle : j’ai vécu dans 3 pays différents. Je suis né au Maroc, j’ai passé 16 ans en Espagne et je suis en France depuis 4 ans. Les jeunes ne devraient pas hésiter à bouger, surtout avec ce genre de dispositif. Il faut bouger pour réussir (rires) !