Au moment du lancement du PIC et du plan pauvreté, l’Etat fait des économies sur le dos des jeunes en situation de précarité

Représentation du réseau |

Le réseau des Missions Locales alerte le Président de la République et le Gouvernement sur les conséquences des dernières décisions financières concernant les dispositifs d’accès des jeunes à l’autonomie et à l’emploi, au moment où la priorité est donnée à la lutte contre la pauvreté des jeunes et pour leur accès à la formation.

Malgré son efficacité démontrée, l’action du réseau des Missions Locales « pour » et « avec » les jeunes est régulièrement déstabilisée depuis plusieurs mois.

Après la menace de fusion des Missions Locales au sein de Pôle emploi, la baisse des crédits de la CPO et les retards de versement des subventions en 2019, les modifications rétroactives des règles de paiement de l'accompagnement de la Garantie jeunes, les Missions Locales sont mises dans l’incapacité de répondre aux besoins d’accompagnement de centaines de milliers de jeunes et de satisfaire les objectifs du PIC et du plan pauvreté.

Dans ce contexte, les présidents de Mission Locale représentant des collectivités locales et territoriales, s’interrogent fortement sur les intentions du gouvernement quant à l’avenir de leur réseau national qui a démontré sa capacité à réussir la mise en œuvre des dispositifs publics d’accès des jeunes à l’emploi et à l’autonomie.

La Conférence des présidents des Missions Locales, réunie le 28 mars 2019, s’est adressée au Président de la République, pour l'alerter sur les graves conséquences de décisions, qui remettent en cause les moyens des Missions Locales nécessaires à la réussite de cette politique publique, qu'il a voulue pour la jeunesse de notre pays.

Par risque de cessation de paiement, ce sont non seulement des centaines d’emplois de salariés qui sont en cause, mais aussi l’avenir même de certaines structures.

Or, les 436 Missions Locales, qui constituent le service public territorial de l’insertion et de l’accompagnement des jeunes, est l’acteur central de l’accès des jeunes à l’emploi dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté, comme cela a été affirmé lors du Conseil des ministres, le 20 mars dernier.

Chaque année, les Missions Locales accompagnent 1,3 million de jeunes, notamment les plus démunis, dont 584 000 accèdent à l’emploi, 40 000 à un contrat en alternance, 186 000 bénéficient d’une formation professionnelle et 223 000 d’une immersion professionnelle.

La qualité de l’action des Missions Locales est plébiscitée par les jeunes eux-mêmes, dont plus de 9 sur 10 sont satisfaits voire très satisfaits de l’accueil et de l’accompagnement par leur Mission Locale. Lire les résultats de l'enquête de mars 2019

Une audience est demandée au Président de la République afin d’évoquer la gravité des conséquences de cette situation pour les jeunes en situation de précarité et pour trouver des réponses durables et adaptées aux enjeux de la lutte contre la pauvreté des jeunes.

L’UNML invite les présidentes et les présidents de Mission Locale et d’ARML à interpeller leur préfet et les parlementaires sur les conséquences concrètes de cette situation pour les jeunes de leurs territoires.