L’UNML et l’ENCIT lancent une formation action / Comment accompagner les jeunes dans la construction de leur citoyenneté

Représentation du réseau |

Pour un jeune, se sentir citoyen, c’est pouvoir se projeter dans l’avenir, c’est sentir que l’on peut agir sur son parcours et dans la société. Travailler ces questions, c’est développer une responsabilité partagée, retrouver le sens du bien commun et créer du lien social ; c’est donc aussi prévenir la radicalisation. Fortes de ces constats, l’UNML et l’ENCIT (Ecole Nouvelle de la citoyenneté), en partenariat avec l'Institut Bertrand Schwartz, lancent une formation action qui permettra d’échanger et de répondre aux questions relatives aux postures et pratiques professionnelles qui favorisent le développement chez le jeune d’une autonomie, d’un sentiment de responsabilité pour soi et à l’égard des autres.

Télécharger le document de présentation générale de la formation action : contenu et modalités de participation

Renouveler les pratiques pour mieux accompagner les jeunes à la citoyenneté et l’autonomie

Depuis maintenant une trentaine d’années, les Missions Locales ont construit la spécificité de leur intervention auprès des jeunes sur une approche globale, tenant compte de l’ensemble des difficultés que pose leur insertion. Issues elles-mêmes d’une volonté de mettre en œuvre sur le terrain les principes fondateurs de notre démocratie, elles sont de formidables lieux de vie citoyenne à l’heure ou l’évolution des problématiques qui touchent les jeunes conforte leur rôle de tout premier plan.

Les modalités d’accompagnement qu’elles développent sont des opportunités pour accompagner les jeunes dans la construction de leur citoyenneté : le PACEA qui est défini explicitement comme une co-construction de parcours, la Garantie Jeunes, avec sa dimension collective et son processus d’accès aux droits, le Service Civique et son sens de l’engagement.

Enfin, le moment est venu de travailler à une citoyenneté multidimensionnelle, permanente, attachée à un socle incontournable de toute insertion socioprofessionnelle.

Si l’accompagnement au parcours citoyen n’est pas récent en Mission Locale, ce nouveau contexte induit probablement de nouvelles pratiques, elles-mêmes adossées à un éventail de nouvelles compétences.

Alors comment identifier les espaces temps qui constituent les occasions d’accompagnement des jeunes à la citoyenneté ? Comment adopter une posture du professionnel qui favorise le développement chez le jeune d’une autonomie, d’un sentiment de responsabilité pour soi et à l’égard des autres ?

Pour un jeune, se sentir citoyen, c’est gagner en confiance pour un entretien de recrutement, c’est se sentir plus à l’aise avec une équipe de travail, c’est être capable de développer des projets et pouvoir inscrire son parcours dans un environnement qui le soutient. Se projeter dans l’avenir, c’est sentir que l’on peut agir sur son parcours et dans la société.

Travailler ces questions, aider aux prises de conscience, c’est la plupart du temps gagner en qualité d’échanges et de partenariat avec le jeune. C’est développer une responsabilité partagée, retrouver le sens du bien commun et créer du lien social ; c’est donc aussi lutter contre la radicalisation.

Une démarche expérimentale ouverte et concrète

Partageant ces constats, les Missions Locales de l’Aigle Mortagne, de Blois, de Montpellier, de Nord Essonne, du pays de Langres et du Grand Est (Association régionale), l’Union Nationale des Missions Locales et l’ENCIT se sont réunis dans l’objectif de questionner, d’identifier et de mutualiser ces nouvelles compétences en posant comme hypothèse que l’approche citoyenne favorise l’insertion sociale et professionnelle.

A l’issue de différents temps de travail, un programme de formation expérimental a été conçu à destination de tout professionnel qui travaille/ met ou voudrait mettre en œuvre des pratiques professionnelles favorisant le développement de la citoyenneté et son adossement au parcours d’insertion socioprofessionnel. Construite dans une démarche ouverte, la formation est structurée en trois jours consécutifs, suivis d’une intersession, puis d’une journée de retour sur expérience.

Une formation-action associant les directions et les conseillers

Le programme est conçu, avec des temps différents, rythmés par des productions du groupe et des vignettes théoriques. Il vise à permettre aux participants d’expérimenter ce qui pourrait soutenir l’évolution de leurs pratiques. Associant les directions de chaque Mission Locale impliquée, le programme propose en effet de mettre en œuvre les apports de la formation dans un projet concret au sein de la structure. Le projet engage donc la participation d’au moins deux professionnels de l’accompagnement qui participeront à la formation et travailleront à sa mise en pratique dès la fin de la 3e journée et d’une personne de la direction qui travaillera avec ce binôme pour concevoir ensemble les conditions de la réussite du projet. La direction favorisera « l’irrigation » de l’ensemble de l’équipe pour mieux intégrer la dimension citoyenne dans les parcours des jeunes accompagnés par la Mission Locale.

Capitalisation et essaimage

Dans le cadre de cette expérimentation un comité de suivi a été mis en place en vue d’évaluer les effets et les résultats de la formation, de capitaliser et de démultiplier la démarche. L’ambition est double : d’une part recenser la diversité des projets possibles, mettre en place des grilles de résultats, pour ajuster la formation, et d’autre part, capitaliser les enseignements tirés de ces pratiques et les formaliser en vue de les partager largement au sein du réseau des Missions Locales et auprès des partenaires pour mieux valoriser l’action quotidienne des Missions Locales en faveur de la citoyenneté.

Rejoindre la formation action

La seconde session aura lieu les 11,12 et 13 juin prochains à Paris en immersion. Elle engage une participation de la direction à trois réunions du comité de suivi et son implication dans le projet local, et de deux conseillers pour les 4 jours de formation, permettant ainsi que la formation puisse se mettre en œuvre plus efficacement. La date limite d'inscription est fixée au vendredi 4 mai 2018.
Pour toute question : envoyer un courriel