Priorité Jeunesse, le comité interministériel s'est déroulé le 3 juillet

Représentation du réseau |

Le troisième Comité interministériel de la jeunesse s'est déroulé le 3 juillet dernier, sous l’égide du Premier ministre, Manuel Valls.100 jeunes et 9 ministres ont échangé à Besançon sur la priorité jeunesse du gouvernement.

Réuni le 3 juillet à Besançon, le troisième comité interministériel pour la jeunesse a synthétisé une série de mesures déjà lancées, en cours ou finalisées.

Lire le dossier du Comité interministériel de la jeunesse le 3 juillet 2015
Consulter le Tome 1 du Rapport 2014 Priorité Jeunesse
Consulter le Tome 2 du Rapport 2014 Etat de la jeunesse

Les mesures présentées ont d'abord été discutées à huis clos puis présentées devant une centaine de jeunes.

C'est la forme que le gouvernement a souhaité changer, en s'appuyant sur la démarche "d'écoute et de co-construction avec les jeunes" qu'il avait initiée lors des cinq "Rendez-vous de la jeunesse" organisés entre avril et juin à Nantes, Avignon, Creil, Saint-Max, Nancy et Saint-Denis de la Réunion. Les jeunes rencontrés auraient nourri la réflexion du CIJ avec 150 propositions et "toutes les propositions recueillies lors des rencontres ont alimenté les réflexions du comité interministériel pour la jeunesse", assure Matignon qui y a vu deux demandes principales des jeunes : être informés des droits et des dispositifs qui les concernent.

A noter la décision du Comité interministériel de la jeunesse de favoriser le développement de l’entrepreneuriat comme voie d’insertion professionnelle pour les jeunes, via la création et la reprise d’entreprises, par un accompagnement et un soutien pour les demandeurs d’emploi et les jeunes. Les Missions Locales seront mobilisées pour augmenter le nombre de personnes suivies et pour offrir un accompagnement renforcé.

Il est également prévu de permettre à tous de mieux se soigner avec la généralisation du tiers-payant à compter de 2017 qui permettra aux nombreux jeunes renonçant encore à des soins pour des raisons financières de consulter et de se soigner. La dispense d’avance de frais contribuera à lever ces freins. Depuis le 1er juillet, le tiers-payant bénéficie d’ores et déjà aux personnes dont les revenus sont très modestes et aux bénéficiaires de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).

Des associations de la plateforme "Pour un big bang des politiques jeunesse", dont l'UNML fait partie, ont publié leur rapport alternatif - Lire la synthèse - revenant sur 3 ans du plan Priorité jeunesse du gouvernement.