«La laïcité est la clé de la construction de la citoyenneté»/Séminaire UNML-ANDML

Représentation du réseau |

Le séminaire « Laïcité et citoyenneté : des enjeux aux pratiques des Missions Locales », organisé par l’UNML et l’ANDML le 22 octobre, a réuni une centaine de participants, présidents, directeurs et cadres de direction de Missions Locales. Retour sur l’introduction des débats par Jean-Patrick Gille, président de l’UNML et focus sur l’intervention de Nicolas Cadene, rapporteur de l’Observatoire de la laïcité, avant la publication des actes de la journée, prévue pour début 2016.

Programme : Séminaire UNML-ANDML/Laïcité et citoyenneté : des enjeux aux pratiques des Missions Locales

« Nous avons souhaité élargir le thème de cette rencontre, initialement consacrée à la laïcité, à « la laïcité et la citoyenneté » pour avoir une vision plus dynamique de notre responsabilité (éducative) dans l’accompagnement des jeunes, en ouvrant la réflexion vers des perspectives d’actions pour et avec les jeunes. Et pour ne pas tomber dans l’écueil voire la logique stigmatisant une religion », a tenu à préciser Jean-Patrick Gille.

Après avoir rappelé que « Les principes de laïcité et de citoyenneté, inscrits dans la constitution, sont aujourd’hui deux des fondements de la République, elles procèdent l’une et l’autre du postulat de l’autonomie de l’individu, de son libre choix. Citoyenneté et laïcité « ne se donnent pas », elles supposent un apprentissage, une socialisation. Dans ce cadre, le rôle et l’action « éducative » des Missions Locales sont interrogés car elles contribuent à l’insertion (intégration) des jeunes (avec d’autres), dans un contexte où se radicalisent les comportements, où se développent les extrémismes (pas seulement religieux).

Focus sur l’intervention de Nicolas Cadene (lire l’intervention dans son intégralité) avant la parution des actes début 2016

Dans la matinée, Nicolas Cadene, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, est revenu sur les obligations légales et la responsabilité des Missions Locales, employeurs de droit privé assurant une mission de service public.

Nicolas Cadene a bien insisté sur le fait que la laïcité peut permettre le vivre ensemble, si elle est bien comprise et bien appréhendée. Parce que dans le cas contraire, loin de rassembler, sa mauvaise application peut conduire à la division, ou pire, à l’exclusion. « Cette bonne compréhension de la laïcité constitue un second défi, celui de la pédagogie de la laïcité ».

Extraits

Bien définir la laïcité pour mieux vivre ensemble

« On constate des difficultés à définir et à pratiquer (la laïcité) parce qu’elle doit se vivre au quotidien. »

« La laïcité repose sur trois principes : la liberté de conscience et la liberté de culte, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions. »

La laïcité assure l’égalité des citoyens face au service public

« La France, République laïque, « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction ». Elle assure ainsi l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.

Le service public ne peut donc pas montrer une préférence, ou faire preuve d’une attitude discriminatoire, selon l’appartenance ou la non-appartenance religieuse, réelle ou présumée, de ses usagers. Les agents publics, et tous ceux qui exercent une mission de service public (même de droit privé), doivent non seulement ne pas marquer une telle préférence mais aussi ne pas donner l’apparence d’un tel comportement préférentiel ou discriminatoire, par exemple par la présence de signes à caractère religieux dans leur bureau ou sur leur guichet, ou par le port de tels signes. Rappelons d’ailleurs que leur neutralité ne concerne pas seulement les convictions religieuses ou philosophiques, mais aussi les convictions politiques ou syndicales.

Cette neutralité s’applique à tous ceux qui exercent une mission de service public, mais pas à ses usagers. Eux se voient garantir, par la laïcité, leur liberté de conscience. »

Qu’en est-il de la situation des Missions Locales ?

« Présentes sur l’ensemble du territoire, les Missions Locales exercent une mission de service public de proximité. »

« Dès lors que les Missions Locales exercent une mission de service public, elles sont soumises au principe de neutralité. Tous ses salariés y sont donc soumis, ainsi, bien sûr, que ses locaux. Mais, là encore, cette neutralité ne saurait s’appliquer aux usagers. »

Attention au concept « fourre-tout »

« La laïcité est trop souvent utilisée pour répondre à tous les maux de la société. Elle devient alors un concept « fourre-tout » pour définir des situations qui relèvent bien souvent d’une multitude de champs, tels que l’incivilité, la sécurité publique, la lutte contre le terrorisme ou encore l’intégration. »

Laïcité et citoyenneté

« La laïcité est la clé de la construction de la citoyenneté qui fait, de chacune et de chacun d’entre nous, au-delà de nos appartenances ou de nos origines, des citoyennes et des citoyens à égalité de droits et de devoirs. »