Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville : "contrat starters", plateforme de parrainage et création d'activité

Représentation du réseau |

Annoncée à l’issue du dernier Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté, la mise en place du "contrat starter", CUI-CIE (contrat aidé du secteur marchand) pris en charge à 45 % pour les jeunes de moins de 30 ans en difficulté d’insertion, concernera 13 000 jeunes en 2015, indique la circulaire interministérielle relative à la mise en oeuvre des mesures en faveur des quartiers prioritaires de la politique de la ville dans le champ du développement économique et de l'emploi envoyée le 25 mars 2015.

Ces contrats aidés du secteur marchand concernent les jeunes de moins de 30 ans en difficulté d’insertion. Seront éligibles les résidents des Quartiers prioritaires de la Politique de la ville, les bénéficiaires du RSA, les demandeurs d'emploi de longue durée, les travailleurs handicapés, les jeunes ayant été suivi dans un dispositif 2ème chance et bénéficiaires d'un emploi d'avenir dans le secteur non marchand ».

Outre la mise en place du "contrat starter", la circulaire mentionne la désignation d'un correspondant "contrat de ville" au sein des Missions Locales situées dans les agglomérations urbaines, la création d'une plate-forme de parrainage et reconnait les "résultats remarquables" des Groupements de créateurs vers les publics des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Des correspondants "Contrats de ville" dans les Missions Locales

"Les Missions Locales situées dans les agglomérations urbaines désigneront un correspondant 'contrat de ville', notamment chargé des relations avec les partenaires locaux du contrat de ville", indique l’annexe 1 de la circulaire. Cela devant permettre d'"améliorer l’orientation des jeunes des quartiers vers les Missions Locales". Pour rappel, un objectif de 21 % des jeunes accompagnés dans le cadre de la Garantie jeunes résidant dans les quartiers politique de la ville a été fixé au niveau national.

Une plate-forme nationale du parrainage

Une "plate-forme nationale du parrainage sera mise en place" pour "recenser les jeunes souhaitant avoir un référent au sein du monde du travail et toutes les personnes qui souhaitent devenir parrains", note la circulaire. L’objectif étant "que deux fois plus de jeunes en France, et prioritairement dans les quartiers, puissent être parrainés en 2017", soit "60 000 jeunes", contre "30 000 en 2014".

Les groupements de créateurs portés par l’Association nationale des groupements de créateurs (ANGC)

Pour en savoir plus sur l'association nationale des Groupements de créateurs, partenaire de l'UNML
Lire ou relire l'article "Identifier l’esprit d’entreprendre chez les jeunes fait partie du projet des Missions Locales"

"Les groupements de créateurs reposent sur une articulation entre un acteur de l’accompagnement socioprofessionnel (Missions Locales, PLIE…), un réseau d’accompagnement à la création d’activité et un établissement de l’enseignement supérieur dans le cadre de l’obtention du diplôme universitaire de créateur d’activité (DUCA). Cette démarche illustre l’intérêt de décloisonner ce qui relève du champ de l’insertion socioprofessionnelle et de la création d’activité, en renforçant l’articulation avec le SPE.

Les groupements de créateurs proposent un accompagnement aux jeunes non qualifiés en deux phases : une phase d’émergence de projet qui dure de 2 à 6 mois selon les besoins des personnes, une phase de formation de 4 à 6 mois, accessible aux non-bacheliers, est reconnue par un diplôme d’université de créateur d’activité (DUCA).

Les résultats de groupements de créateurs sont d’autant plus remarquables auprès de ce public que 51% des bénéficiaires sont de niveau infra Bac, 60% ont moins de 26 ans et 34% résident dans les QPV ; un an après la formation, 40% des stagiaires ont trouvé un emploi, 22% ont créé leur activité et 6% ont repris une formation."