Après le 13 novembre : refus, compassion et vigilance

Représentation du réseau |

Vendredi 13 novembre, la France a été une nouvelle fois victime d’attentats terroristes à Paris et à Saint-Denis, qui ont fait 129 morts et prés de 350 blessés, dont beaucoup se trouvent encore dans un état grave. Ces attentats revendiqués par l’organisation terroriste Daesh, sont d’une rare cruauté et inhumanité. L’UNML exprime sa solidarité et sa profonde compassion aux familles des victimes, pour la plupart des jeunes qui profitaient tranquillement de leur soirée entre amis, au Bataclan, au restaurant ou au stade de France.

Elus issus du suffrage universel, nous sommes fondamentalement attachés aux valeurs républicaines comme à la démocratie et nous refusons l’obscurantisme et la barbarie qui remettent en cause la Liberté, l’Égalité et la Fraternité.

L’UNML propose aux Missions Locales de s'associer au moment de recueillement national à la mémoire des victimes. Un temps de débriefing peut être mis à profit également par l’employeur pour échanger avec les équipes sur leur ressenti et leur analyse de la situation, d’où peuvent émerger des propositions d’action pour renforcer l’action auprès des jeunes.

Malgré l’état d’urgence, il est nécessaire de poursuivre normalement l’activité des Missions Locales en matière d’accueil et d’accompagnement des jeunes, tout en prenant les mesures qui paraissent nécessaires pour assurer la continuité de la sécurité des professionnels et des jeunes, en prévention de risques possibles.

Des mesures appropriées peuvent être prises pour les salariés avec l’aménagement de temps de travail, le recours au télétravail, ou toute solution qui semble adaptée à la gestion de la situation.

L’UNML est mobilisée pour soutenir l’action des Missions Locales et de leurs professionnels et est attentive à toute question qui pourrait se poser dans la poursuite de leurs activités dans ce moment difficile que traversent la France et la population.