Service civique, bilan 2013 : l’accompagnement des Missions Locales sécurise l’expérience d’engagement

Représentation du réseau |

Depuis 2012, date de la signature de la convention entre l’Unml et l’Agence du Service Civique, l’Unml fournit un « bilan annuel Service Civique », qualitatif et quantitatif. Premiers constats : la progression du nombre de jeunes volontaires entre 2013 et 2012, le rôle essentiel que jouent les Missions Locales dans l’accessibilité au Service Civique aux jeunes peu qualifiés, des jeunes qui s’engagent et qui sont de plus en plus nombreux à aller jusqu’au bout de leurs missions.

L’ensemble des données de l’enquête quantitative est issu de l’extranet de l’Agence du Service Civique (Elisa). L’étude qualitative a été menée dans 19 Missions Locales volontaires.

Plus de 1 000 jeunes volontaires ont signé leur contrat d’engagement avec une Mission Locale

L’UNML a porté la demande d’une augmentation du nombre de missions relevant de l’agrément collectif en 2013. Malgré des contraintes budgétaires fortes, l’Agence du Service Civique a accepté cette demande, en reconnaissant ainsi la place spécifique qu’occupent les Missions Locales pour le développement d’un Service Civique de qualité et accessible à tous les jeunes, en particulier aux jeunes en situation de décrochage scolaire et aux jeunes peu ou pas qualifiés. L’agrément est donc passé de 667 volontaires en 2012 à 1 026 en 2013. Parmi ces missions, 70% sont réalisées dans le cadre d’une mise à disposition d’une association, d’une collectivité ou d’un établissement public. Toutefois, nous poursuivons notre travail de plaidoyer auprès de l’Agence du Service Civique afin de permettre à un plus grand nombre de Missions Locales de s’engager en tant que structure d’accueil, de retrouver la possibilité de réaliser des missions d’une durée adaptée au contenu des activités et aux besoins des jeunes, et donc de ne plus être contraints par un objectif de durée moyenne de mission proche de 6 mois.

Les Missions Locales jouent un rôle essentiel dans l’accessibilité du Service Civique aux jeunes peu qualifiés

32% des volontaires engagés par des Missions Locales sont de niveau CAP-BEP ou inférieur, contre 21% dans la moyenne nationale tous agréments confondus. Parallèlement, le nombre de jeunes mineurs a doublé en 1 an et représente désormais 5,2% de l’agrément UNML contre 3,4% tous agréments confondus.

Ces deux données attestent du rôle essentiel que jouent les Missions Locales en faveur de l’accessibilité des jeunes peu qualifiés ou en situation de décrochage scolaire. Les effets sont d’ailleurs d’autant plus visibles dans les Missions Locales qui proposent directement les missions du territoire aux jeunes qu’elles accompagnent, alors qu’ils n’auraient certainement pas connus le Service Civique en dehors de l’information donnée par la Mission Locale.

On observe toutefois une légère baisse de la proportion des jeunes peu ou pas qualifiés dans notre agrément entre 2013 et 2012. L’UNML sera très attentive à ce que le réseau poursuive son engagement en 2014 pour que le Service Civique soit accessible à tous les jeunes, quelque soit leur niveau de diplôme, en s’assurant de proposer des missions qui n’excluent pas les jeunes peu qualifiés et en concentrant leurs critères de sélection des candidats sur la motivation pour la mission.

Les volontaires sont de plus en plus nombreux à aller jusqu’au bout de leurs missions

Le pourcentage de rupture est passé de 22% des missions en 2012 à 14% en 2013, alors que le nombre de missions a fortement augmenté. Cette baisse des ruptures est d’autant plus positive que 50% des départs anticipés correspondent dans les faits à des accès à des situations d’emploi, principalement des CDI ou des CDD de plus de 6 mois. Cette tendance est certainement à la fois le fruit de l’accompagnement au projet d’avenir proposé par les Missions Locales aux volontaires, mais également de la qualité de leur tutorat et de l’accompagnement qu’elles assurent tout au long de la mission, qui sécurise cette expérience d’engagement.

Profil des volontaires Missions Locales vs National

Genre 54.7% des volontaires sont des femmes. La répartition est plus équilibrée en Mission Locale qu'au niveau national.

Répartition par âge La proportion de mineurs, en augmentation pour la 2e année consécutive, reste supérieure à la moyenne nationale.

Statut à l'entrée comme volontaire En Mission Locale, plus de 84% sont des demandeurs d'emploi (contre seulement 48% à l'échelle nationale). Les Missions Locales permettent donc l'accès au Service Civique à des jeunes qui n'auraient certainement pas eu l'information ailleurs.

Niveaux de formation à l'entrée 32% des volontaires ont un niveau CAP-BEP (Niveau V, V bis et VI), validé ou non, contre 21% sur la moyenne nationale.