Nouvel agrément Service Civique : vers une plus grande proximité avec les Missions Locales

Représentation du réseau |

L’agrément signé entre l’UNML et l’agence du Service Civique pour une durée de deux ans (2012-2014) arrive à son terme le 1er août 2014. Son renouvellement pour 2014-2016 (avec une application à partir du 1er août 2014) a été l’occasion pour l’UNML de repenser les missions de Service Civique agréées, pour renouveler les missions, mieux s’adapter aux besoins des Missions Locales et aux pratiques observées sur le terrain. Entretien avec Claire Fabre et Corentin Poirier, respectivement chargée de mission et chargé de projet à l’UNML.

Calendrier

  • Juillet : diffusion du tableau de synthèse des nouvelles missions agréées
  • A partir du 1er aout : application du nouvel agrément n°NA-000-14-00244
  • Du 1er aout au 30 septembre : période de transition pour les projets déjà amorcés
  • A partir du 1er octobre : Fin de la période de transition – Les missions proposées devront impérativement figurer dans l’agrément
  • Octobre : diffusion du guide pratique et détaillé de l’agrément

Pouvez-vous rappeler la raison pour laquelle l’UNML assure la gestion de l’agrément « Service Civique », et cela depuis 2010 ?

L’agrément collectif porté par l’UNML au nom des Missions Locales est un outil mis à disposition des du réseau pour faciliter l’appropriation et la mise en place du Service Civique dans les Missions Locales. C’est un axe essentiel de notre partenariat avec l’agence du Service Civique. L’agrément permet en outre de garantir une cohérence dans les modes d’engagement des Missions Locales dans le dispositif. Et c’est aussi grâce à lui que les Missions Locales sont naturellement devenues des acteurs du Service Civique, au même titre que d’autres réseaux associatifs, tout en gardant sa spécificité : permettre l’accessibilité de tous les jeunes au Service Civique, en tant que dispositif de droit commun et expérience d’engagement.

Comment avez-vous conçu ce nouvel agrément ?

Nous avons créé un groupe de travail composé de jeunes volontaires, de professionnels et d’élus de Missions Locales qui sont en charge de mettre en place le Service Civique soit au titre de l’agrément, soit avec des partenaires sur le territoire. Ce groupe comprend une quinzaine de structures, ARML comprises, représentant une diversité de territoires et d’approches différentes du Service Civique. A noter que les ARML sont de plus en plus nombreuses à s’impliquer. Les réflexions du groupe s’enrichissent des différentes approches du Service Civique portées par leurs membres : certains ont développé des plateformes locales d’intermédiation (mise à disposition de volontaires auprès d’acteurs, collectivités ou associations des territoires – là où en général Unicités ou la Ligue de l’enseignement sont peu présents). D’autres prennent un ou deux volontaires au sein de la Mission Locale. D’autres encore ont plutôt l’habitude de travailler avec les acteurs du territoire que sont les grands réseaux associatifs cités précédemment.

Ce groupe nous a permis de travailler sur la culture du Service Civique au sein des Missions Locales, mais surtout, en 2014, de finaliser la charte d’engagement national UNML-Service Civique et de construire ensemble les nouvelles missions agréées.

Quels sont les changements les plus notables entre l’ancien et le nouvel agrément ?

La gestion globale de l’agrément a changé, portée par la nécessité de rapprocher les missions déployées par les Missions Locales de l’agrément national. Les missions se précisent et leur nombre augmente. On est passé de 14 missions à 24, qui couvrent les 7 thématiques suivantes : la solidarité, la santé, l’éducation pour tous, la culture et les loisirs, l’environnement, la mémoire et la citoyenneté, l’intervention d’urgence en cas de crise. En contrepartie il ne sera possible de proposer que les missions agréées. Nous serons plus exigeant sur ce point.

Concernant les contenus des missions, nous ne sommes plus agréés sur les missions sport. Les Missions Locales étaient assez souvent confrontées à des difficultés sur ces missions, les structures accueillantes ne partageant pas forcément notre culture de l’engagement.

La thématique « Développement international et aide humanitaire » « L’international » n’est pas couverte non plus, ces missions pouvant être plus efficacement gérées en direct entre la Mission locale et la structure tierce à l’étranger que par l’intermédiaire de l’UNML.

L’agrément est signé depuis le 11 juillet 2014…

Oui et bien qu’il ne rentre en vigueur qu’au 1er aout nous communiquons dès à présent la teneur des 24 missions agréées. L’objectif d’intérêt général est formulé pour chaque mission. Cela permettra à la Mission Locale de se poser les bonnes questions, par exemple : quelle est la différence entre une mission de Service Civique et un emploi ? Il y a aussi l’idée d’avoir un intitulé de mission clair et accessible aux jeunes. Des exemples concrets viennent compléter les descriptions, pour permettre une meilleure appropriation des contenus.

Quels sont les outils mis à disposition des Missions Locales pour s’approprier le nouvel agrément ?

Il y a donc le tableau récapitulatif des missions agréées dont nous venons de parler. Et nous allons éditer en octobre 2014 un guide pédagogique pour pouvoir accompagner les Missions Locales dans la découverte et l’appropriation du nouvel agrément et de la culture du Service Civique.

Comment l’UNML va « faire vivre » le nouvel agrément ?

Cette évolution nous permettra d’aller vers un accompagnement plus proche du terrain, sous une forme personnalisée, et donc d’aller vers une plus grande proximité entre l’UNML et les Missions Locales qui s’engagent dans le Service Civique. Nous nous posions une question : « comment rester à l’écoute du terrain pour en capter les initiatives intéressantes ? » En sortant du travail d’appui aux Missions Locales « mission par mission » - qui avait certes tout son intérêt les quatre premières années – nous entrons dans un nouveau mode de conseil et d’accompagnement . Nous chercherons aussi à mutualiser les bonnes pratiques, en lien, bien sûr, avec les ARML. Et ceci nous permettra de nourrir la réflexion pendant les deux ans à venir.