L’UNML, Prism’emploi et la DGEFP s’associent pour faciliter l’insertion des jeunes non qualifiés via l’intérim

Représentation du réseau |

L’UNML, Prism’emploi (l’organisation patronale du travail temporaire), et la DGEFP ont signé mercredi 4 juin 2014 une convention sur trois ans pour améliorer l’accès à l’emploi des jeunes non qualifiés. La qualification des jeunes intérimaires et l'accès des jeunes éloignés de l'emploi à des missions d’intérim sont les deux principaux objectifs de cet accord.

L’accord de coopération conclu entre la DGEFP, Prism’emploi et l’UNML vise à rapprocher les jeunes éloignés du marché du travail et les entreprises d’intérim. Pour cela, les partenariats qui existent entre les Missions Locales, l’organisation patronale du travail temporaire, le FAF.TT, l’organisme collecteur du secteur et les services de l’État vont être développés sur l’ensemble du territoire, précise la convention

Faciliter l'accès des jeunes aux missions de l'intérim

L’UNML s’engage à accompagner la mobilisation des Missions Locales dans le développement de partenariats avec les entreprises de travail temporaire. L’objectif est notamment d'assurer la réussite des parcours d’insertion socioprofessionnelle en prenant en compte les freins d’accès des jeunes à l’emploi (logement, mobilité, garde d’enfants, mutuelle, etc.).

De son côté, Prism’emploi s’engage à inciter les entreprises de travail temporaire et leurs agences d’emploi à "partager leur connaissance des besoins d’emploi et des compétences des entreprises" et à proposer aux jeunes des missions d’intérim ou d’utiliser les dispositifs de formation de la branche. Ces entreprises seront aussi invitées à proposer aux jeunes "toute action leur permettant de découvrir le monde de l’entreprise, notamment à travers les mises en situation en milieu professionnel".

Articulation avec la Garantie Jeunes

La mise en œuvre de cet accord repose sur l’articulation entre l’expérimentation de la Garantie jeunes et la démarche "mission jeunes" (une offre de services dédiée spécifique à la branche des entreprises de travail temporaire). Cet accord sera décliné au niveau régional et local. Un comité national composé de représentants issus de chacun des partenaires se réunira trois fois par an afin d’assurer le suivi et le pilotage du partenariat.

Témoignage de Mohamed Jaoulaarossi, 24 ans, accompagné par la Mission Locale de Carcassonne, qui participe à l’expérimentation de la Garantie Jeunes. Il était présent lors de la signature de l’accord et revient sur son itinéraire.

« L’accord conclu aujourd’hui, d’après ce que j’ai entendu, cela me parait concret. Par rapport à mon parcours, j’ai un niveau BEP compta, mais je me suis aperçu que ce n’était pas du tout ma branche. Et je me suis réorienté vers la mécanique, secteur auto. J’ai signé un contrat d’apprentissage. J’ai pu ensuite travailler régulièrement en intérim dans ce secteur, mais pas seulement.
Par l’intérim, j’ai découvert d’autres métiers que je ne connaissais pas auparavant. Comme le rayon poissonnerie d’une grande surface par exemple. J’ai pu apprendre rapidement et j’ai pu travailler tout seul. J’ai commencé par une mission d’une journée puis on m’a rappelé parce qu’on était satisfait de mon travail.
Cela m’a donné l’idée d’intégrer la grande surface qui propose d’autres métiers. »

Photographie : ©seignettelafontan.com