Emploi d’avenir : près de 100 000 emplois d’avenir prescrits au 31 décembre 2013

Représentation du réseau |

Le programme des Emplois d’avenir devait aboutir au recrutement de 100 000 jeunes en 2013, pour atteindre un total de 150 000 Emplois d’avenir fin 2014. Le taux de prescription atteint 91% de l’objectif annuel et, depuis le 1er novembre 2012, 85 190 Emplois d’avenir ont été prescrits dont 97,3% par les Missions Locales et 2,4% par les Cap emploi. A ces données s’ajoutent les 9 470 Emplois d’avenir professeurs prescrits à la fin du mois de décembre 2013.

Le volume des renouvellements en cumul depuis le début de l’année est de 163 Emplois d’avenir. Les Emplois d’avenir du secteur non marchand représentent 82% des prescriptions. Les prescriptions moyennes hebdomadaires en décembre sont de 1936.

Parmi les jeunes recrutés en emploi d’avenir, on peut retenir que :

  • 83,1% sont non titulaires du baccalauréat
  • 41,7% sont des jeunes sans diplôme (les jeunes sans diplôme inférieur aux CAP/BEP, de niveau CAP ou BEP sans diplôme et de niveau Bac sans diplôme même si ces derniers peuvent posséder un diplôme inférieur au Bac)
  • 17,5% des jeunes salariés résident en ZUS et 13,3% résident en ZRR 78,5% d’entre eux sont inscrits à Pôle emploi dont 40,9% depuis plus de 12 mois
  • 51,2% des jeunes salariés en emplois d’avenir sont des jeunes femmes
  • 3,1% sont des jeunes reconnus travailleurs handicapés

Principales caractéristiques des contrats

  • 53,9% de contrats longs (CDI ou CDD 3 ans)
  • 30,1% des employeurs sont des collectivités territoriales qui ne peuvent pas recruter par voie de CDI
  • 61,5% des contrats signés dans le secteur marchand sont des CDI
  • 91,5% de contrats avec une durée hebdomadaire de 35 heures

La formation des jeunes en Emploi d’avenir

Au total, 65% des jeunes en Emploi d’avenir sont concernés par une formation, correspondant au différentiel de 3 mois dans lesquels un projet est établi entre le jeune et l’employeur. Il s’agit des jeunes ayant eu au moins un engagement de formation. Les actions de formation concernent plutôt l’acquisition de nouvelles compétences (58%), l’adaptation au poste de travail (43%). (Un même jeune peut avoir plusieurs engagements). Dans 35,7% des contrats, les employeurs se sont engagés, à la signature du contrat, à proposer un parcours de formation qualifiante.