Un rapport parlementaire propose de clarifier la gouvernance en matière d'emploi des jeunes et d’augmenter la dotation des Missions Locales

Représentation du réseau |

Publié le 5 décembre 2013, le rapport d'évaluation des politiques en faveur de la mobilité sociale des jeunes, rédigé par les députés Régis Juanico et Jean-Frédéric Poisson, préconise de "clarifier la gouvernance dans le domaine de l'emploi" qu’ils jugent "particulièrement complexe" puisqu'elle fait intervenir l'État, les régions, les départements et les communes ainsi que les partenaires sociaux.

Les deux députés souhaitent renforcer la coordination des principaux acteurs en matière d'insertion des jeunes peu ou pas qualifiés en confortant l'échelon régional par l' élaboration d'une convention stratégique entre l'État, la région et l'Union régionale des Missions Locales" et "en favorisant la contractualisation au niveau local par une convention pluriannuelle État-région avec les Missions Locales à l'horizon 2014". Par ailleurs, le rapport préconise de faire de l'emploi des jeunes "un thème régulier du dialogue social, au niveau interprofessionnel, mais aussi des branches et des entreprises" en "intensifiant les négociations dans les branches et les entreprises de plus de 50 salariés concernant les accords collectifs (ou à défaut plans d'action) prévus par la loi du 1er mars 2013 et portant notamment sur l'insertion des jeunes dans l'emploi" et en "assurant un suivi régulier des accords collectifs et plans d'action, sur le plan quantitatif mais aussi qualitatif".

Ils souhaitent également "développer l'évaluation et poursuivre le recours à l'expérimentation" des politiques publiques en direction des jeunes.

Augmenter les dotations des Missions Locales

Les deux parlementaires conseillent d' "améliorer l'accompagnement vers l'emploi des jeunes peu ou pas qualifiés en confortant les Missions Locales". A cet effet, les députés recommandent de "renforcer l'évaluation et le pilotage des missions locales dans le cadre du dialogue de gestion avec l'État" et de "renforcer les moyens du service public de l'emploi de manière ciblée sur les jeunes les moins diplômés", en augmentant "les dotations aux Missions Locales, afin de rendre l'accompagnement plus intensif dans le cadre du Civis en particulier" et en encourageant "les bonnes pratiques (développement du parrainage, des réseaux avec les entreprises, partenariats et détection des jeunes en difficulté, etc.)". Selon eux, il conviendrait aussi de "renforcer la représentation des jeunes et des partenaires sociaux dans les Missions Locales".

Pour "mieux accompagner vers l'emploi les jeunes peu ou pas qualifiés", les députés proposent de simplifier les dispositifs, en créant une aide à l'insertion professionnelle contractualisée ('contrat de réussite') pour les jeunes sans emploi, composée d'un socle et de prestations supplémentaires personnalisées, en concertation avec l'ensemble des acteurs". "Ces options seraient proposées en fonction du profil des jeunes. L'intensité de l'accompagnement proposé serait adapté en fonction de leurs difficultés d'accès à l'emploi effectives (durée du chômage) ou potentielles (faible niveau de qualification)", expliquent les rapporteurs qui envisagent par exemple une prestation spécifique en direction des jeunes ni en emploi, ni en formation (NEET) qui correspondrait au périmètre de la Garantie jeunes, avec un accompagnement assorti dans ce cas d'une allocation".

Par ailleurs, le rapport préconise de mieux valoriser les bonnes pratiques des "entreprises susceptibles de favoriser l'accès à l'emploi des jeunes, en particulier peu qualifiés ou issus des quartiers" réputés populaires.

(Source AEF Info)

intitulé du lien