La Réunion : le rôle de l’ARML et des Missions Locales dans le service public de l’emploi et dans l’orientation des politiques jeunesse

Représentation du réseau |

Le séminaire organisé par l'ARML de la Réunion le 28 février dernier s’inscrit dans une volonté du travail en commun des 4 Missions Locales de l'Île, avec pour objectifs d'aboutir à la co-construction d’un projet partagé afin que les Missions Locales portent ensemble les questions de société et les projets pour la jeunesse.

Les thèmes de réflexion retenus concernaient :

  • Les politiques publiques jeunesse et les perspectives d’action pour les Missions Locales • Partenariats locaux (Conseil Général, Conseil Régional, autres collectivités): évolutions depuis la signature de la charte de partenariat en décembre 2011
  • Problématiques majeures rencontrées localement par les Missions Locales dans l'accompagnement des jeunes
  • Travaux menés au sein du groupe de travail des Missions Locales Outremer Hémisphère Sud

Se positionner comme acteur incontournable des politiques "jeunesse "

Les membres du Conseil d’administration de l’ARML composé des 4 Missions Locales de l’île, ont exprimé la volonté d’être considérés comme des acteurs incontournables des politiques " jeunesse", en affirmant le positionnement de l’ARML au sein des instances régionales traitant des problématiques de la jeunesse et de la définition des politiques à destination de ce public.

L’ARML souhaite s’investir dans l’ensemble des nouveaux dispositifs pour la jeunesse qui représentent des outils supplémentaires à disposition des conseillers dans la construction des parcours d’insertion. Ainsi, les Missions Locales de La Réunion souhaitent faire partie des 10 territoires pilotes qui mèneront l’expérimentation de la garantie jeune. Si la Mission Locale de l'Ouest participe au groupe de travail national sur le dispositif, cette demande a été relayée nationalement par Ericka Bareigts, Députée du Nord de l'île.

Par ailleurs, l’ARML s’est positionnée pour intégrer le Comité de Coordination Régional de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, afin de participer aux commissions relatives à l’orientation, la formation et l’emploi des jeunes et d’y apporter son expertise quant aux besoins de formation et des difficultés d’accès à l’emploi de ce public.

De plus, pour le dispositif des Emplois d’avenir, elle demande une souplesse dans les modalités de qualification des filières porteuses d’emploi et dont la responsabilité doit incomber au Préfet localement.

En effet, à la Réunion il existe une vraie difficulté à concilier les exigences de l’État au regard des critères posés (durée hebdomadaire, niveau du public…) et les besoins actuels des collectivités qui ont un taux de masse salariale extrêmement élevé par rapport budget de fonctionnement. Il en est de même pour les associations qui subissent de plein fouet la récession économique et la diminution significative de leurs subventions.

Renforcer les partenariats locaux

Si plusieurs phases partenariales se sont déroulées avec les principaux acteurs institutionnels, des difficultés perdurent. Après la signature d’un COM en 2005 et d’une Charte régionale de partenariat en faveur de l’insertion de la jeunesse réunionnaise, la Convention d’objectifs et de moyens pour l’insertion professionnelle des jeunes est toujours en cours de finalisation.

Une incertitude règne sur la signature effective du fait du positionnement actuel du Département.

En effet "la Région a annoncé une baisse de sa subvention de 10 % - alors que déjà elle rechigne à verser le solde chaque année et totalise deux millions d'arriérés depuis 2008 -, le Département annonce moins 20% ", ont expliqué en choeur Philippe Casseindre (élu de la Mission Locale Sud), Jacques Lowinsky (président de l'ARML) et Joé Bédier (premier adjoint à Saint-André et Président de la Mission Locale Est) ; lors d’une conférence de presse sur la situation difficile des structures, le 1er mars dernier.

"Le jeune ne doit pas être l’otage de querelles politiciennes entre les dispositifs, a souligné Jacques Lowinsky, élu du Nord. On doit saisir toutes les opportunités d’insertion qui existent". Joe Bédier, lui a fait écho : "J’attends une implication de tous les élus locaux, quelle que soit leur couleur politique, pour appliquer les dispositifs d’insertion que l’État a confiés aux Missions Locales".

Claude Fournet Vice-Président de l’UNML présent au séminaire a rappelé que "les Missions Locales constituent "une vraie délégation de service public" dont "la compétence est reconnue depuis plus de cinq ans par les Pouvoir Publics et tous ses partenaires".

Être force de proposition et s’adapter à la situation des jeunes

Face à la conjoncture difficile, l’ARML souhaite être force de proposition sur de nombreux domaines tels que la santé, le logement, la mobilité, la citoyenneté, l’orientation et l’éducation, en matière d’adaptation aux formations et aux métiers, création nécessaire de nouvelles filières en continuité des formations déjà réalisées, travailler à l’égalité des chances, notamment face à l’emploi dans un contexte proposant un volume d’emploi insuffisant face aux demandes.

Tout cela ne pourra se faire sans développer un nouveau rapport avec la jeunesse : développer une écoute, une relation de confiance, travailler et construire des projets avec les jeunes. Le ratio du nombre de jeunes accompagnés par conseiller est très élevé : les Missions Locales doivent s’adapter à cette volumétrie et privilégier désormais des solutions qui allient des étapes en collectif et des échanges individuels dans les phases de construction de parcours.

L’ARML souhaite travailler sur les réalités du territoire, les dispositifs et les exigences nationales afin de créer une dynamique pour repenser leurs missions d’insertion et leurs outils.

Ce programme d’actions exigera une forte mobilisation des élus et un soutien demandé à l’UNML pour un appui au niveau national. L’UNML s’est engagée à appuyer les démarches des structures ultramarines et notamment celles de l’hémisphère sud, constituées depuis près de 2 ans et demi en groupe de travail.

Les Missions Locales de La Réunion en chiffres en 2012,

  • près de 45 000 jeunes ont été accompagné par les 4 Missions Locales de l’île
  • sur les 83% qui ont bénéficié d’un suivi individualisé, 5 500 ont été orientés vers des formations et 5 000 autres ont décroché un emploi
  • la moyenne du portefeuille "jeunes" par conseiller est de 300 par an