Emplois d'avenir : le 50 000ème contrat a été signé à la Mission Locale de Caen La Mer Calvados Centre (ML3C)

Représentation du réseau |

Le 29 août dernier, Michel Sapin ministre du Travail de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social a fait le déplacement à Caen, pour la signature du 50 000ème contrat en emploi d'avenir, en compagnie de Philippe Duron, le député-maire de la capitale de Basse Normandie.

50 000ème national et 50ème local

Ce 50 000ème contrat au niveau national est aussi le 50ème signé au sein de la commune. En effet, au 1er septembre, la Ville a déjà signé 51 contrats d'emplois d'avenir, sur les 100 votés en 2014 par le Conseil municipal du 12 novembre 2012*.

"Contracté en 2010, le partenariat privilégié entre la ville et la ML3C s'est notamment traduit par la réservation de la moitié des emplois saisonniers de la Ville et du CCAS aux jeunes en insertion, le recrutement de 50 personnes en Contrat unique d'insertion (CUI) et de 15 apprentis" explique Christian Piélot, le Président de la Mission Locale.

Grâce à la mise en place de tuteurs volontaires dans les services spécifiquement formés par le CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale), les jeunes recrutés en emploi d'avenir pourront s'appuyer sur l'expérience de nombreux cadres et agents au sein des services et d'actions de formation pour leur permettre d'acquérir une réelle qualification.

Emplois d'avenir et contrats de génération au programme de la rentrée

Selon Michel Sapin, 3 000 emplois d’avenir sont signés, chaque semaine. "L’emploi des jeunes, c’est l’avant-garde de la bataille contre le chômage." En tout cas pour ce qui concerne les moins ou non diplômés. Les autres verront, d’après lui, leur patience récompensée lorsque l’économie aura repris des couleurs. "On sait que les plus diplômés seront les premiers à bénéficier de la reprise. Mais pas les jeunes qui peuvent accéder aux emplois d’avenir."

En attendant les contrats de génération leur sont ouverts, notamment pour faciliter la transmission d’entreprise. "Les chefs d’entreprise ont souvent beaucoup de difficultés à trouver des repreneurs", lance le ministre en expliquant que ces contrats impliquant un binôme jeune-senior peuvent les y aider. Sa visite s’est d’ailleurs terminée à la Mutualité sociale agricole où il a parrainé quatre contrats de ce type.

  • 70 pour la mairie et 30 pour le CCAS