«Revoir les jeunes et rouvrir les portes de la Mission Locale met vraiment du baume au coeur» (Mission Locale intercommunale de Sartrouville)

Du côté des Missions Locales |

La Mission Locale intercommunale de Sartrouville a accueilli le 27 mai dernier Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, en présence de Ingrid Cavret, présidente de la Mission Locale et de Sandrine Aboubadra-Pauly, déléguée générale de l’UNML. Cette visite a permis de nombreux échanges avec les jeunes accompagnés et l’équipe de la Mission Locale. Nathalie Lemaire, directrice, revient sur cette rencontre ainsi que sur l’organisation de la Mission Locale lors du confinement et de cette période de réouverture.

Temps d’échanges avec les jeunes. Gabriel Attal a été reçu à la Mission Locale intercommunale de Sartrouville par Ingrid Cavret, présidente de la Mission Locale, Alexandra Dublanche, vice-présidente du Conseil régional, Sandrine Aboubadra-Pauly, déléguée générale de l’UNML et Nathalie Lemaire, directrice de la Mission Locale.

Comment s’est déroulée l’intervention de Gabriel Attal ?

Nathalie Lemaire : Cette visite a été programmée avec un timing précis, le 27 mai dernier en fin de matinée. La rencontre s’est très bien déroulée, avec de belles interactions entre les groupes de jeunes présents, accompagnés dans le cadre du Plan régional d’insertion pour la jeunesse (PRIJ) , de la Garantie Jeunes ou encore des volontaires en Service Civique.

Nadia Hemery, « référente PRIJ » au sein de la Mission Locale, a expliqué comment fonctionnait ce dispositif avec l’agent relais PRIJ de la MJC. Le PRIJ (Plan régional d’insertion pour la jeunesse) nous a permis de travailler avec un partenaire « médiateur de terrain » qui va à la rencontre des jeunes dans les Quartiers Prioritaires Politique de la Ville.

Un des jeunes a posé plusieurs questions, notamment sur les secteurs d’activité qui emploient (comme les métiers de service à la personne et de l’environnement) et sur les entrées en formation. Gabriel Attal a été très à l’écoute des jeunes et de toute l’équipe de la Mission Locale. Je pense qu’il a à cœur le devenir de ces jeunes. La crise sanitaire complexifie l’entrée en formation, en apprentissage, etc. Globalement, tout le monde était satisfait et ravi de cette rencontre.

Comment vous êtes-vous organisés lors du confinement, puis pendant cette période de réouverture progressive des sites ?

Dès l’annonce gouvernementale sur la mise en place du confinement le 16 mars dernier, j’ai échangé avec la présidente de la Mission Locale sur les procédures à mettre en place et j’ai fermé la structure, les salariés qui le pouvaient étant en télétravail.

Après quelques jours, les salariés qui ne disposaient pas assez de matériel pour travailler à distance sont revenus en présentiel à la Mission Locale suivant des procédures et des consignes strictes et avec des horaires adaptés.

Internet nous a permis de travailler sur I-Milo, le SI des Missions Locales. Les appels du standard de l’accueil étaient transférés aux agents d’accueil qui informaient les jeunes de nos nouvelles modalités d’accompagnement. Une communication a évidemment été mise en place pour indiquer aux jeunes de nous contacter par téléphone.

En tant que directrice, j’ai fait le maximum pour rester en contact avec toute l’équipe par des points réguliers afin de les encourager à maintenir le lien avec les jeunes dans cette période. Nous venions tout juste de réaliser une commission Garantie Jeunes et nous devions commencer une nouvelle « promotion » d’une dizaine de jeunes mais tout cela a été inopinément interrompu.

Depuis le 11 mai, la Mission Locale est ouverte du lundi au vendredi avec deux jours de télétravail pour chaque salarié de la Mission Locale. Des jeunes reviennent physiquement à la Mission Locale depuis cette date, et nous les accueillons tout en respectant les consignes sanitaires (nous sommes équipés de masques, gants, gel, etc.).

Nous nous sommes donc adaptés de façon continue dans cette période et nous nous sommes vraiment inspirés du « Pas à pas » mis en place par l’UNML pour assurer la continuité de notre activité.

Revoir les jeunes et rouvrir les portes de la Mission Locale met vraiment du baume au coeur après cette période particulière et complètement inédite.