La Mission Locale connait les besoins des entreprises et les profils des jeunes qu’elle accompagne (ITV de la DRH du Groupe CEMOI)

Du côté des Missions Locales |

La Mission Locale Jeunes des Pyrénées-Orientales et le groupe CEMOI s’engagent ensemble à travers la signature d’une convention de partenariat, signée fin janvier 2015. Rencontre avec Séverine Schatz, directrice Ressources Humaines du Groupe, qui revient sur le contexte économique du territoire et la spécificité de l’accompagnement social et professionnel des jeunes effectué par la Mission Locale.

Si la convention vient d’être signée, elle formalise des relations qui lui préexistaient…

Oui, absolument. Nous avons, depuis quelques années déjà, tissé des liens étroits avec la Mission Locale. Cette relation a pris un élan particulier depuis la mise en place par le gouvernement des différents contrats aidés, comme les Emplois d’avenir ou encore les contrats initiative emploi… Notre département est particulièrement touché par une déshérence économique. CEMOI, Groupe international dont le capital est familial, est ancré dans le département, comme le montre la présence du siège social et d’une usine. Nous nous attachons à développer des actions qui dynamisent le bassin économique : nous avons investi en ouvrant une boutique, en relançant un produit, le « Malakoff »…

Le partenariat permet d’employer des personnes qui ont besoin d’un coup de pouce et d’accompagner le développement du Groupe.

Comment qualifieriez-vous l’accompagnement des jeunes effectué en Mission Locale?

La Mission Locale s’engage à offrir un service de recrutement qui est dédié aux entreprises du territoire. Elle connaît à la fois les besoins des entreprises et les profils des jeunes qu’elle accompagne. C’est une compétence supplémentaire par rapport à Pôle Emploi qui doit traiter toutes sortes de profils. Pôle Emploi n’offre pas ce service « sur-mesure ». Je pense que c’est un accompagnement beaucoup plus ciblé. L’idée est de sécuriser les parcours d’emplois de personnes qui sont fragilisées, d’analyser finement leur parcours et leurs compétences… Ce qui demande du temps. Parce que ce sont souvent des personnes en manque de confiance. Parfois, il faut également les aider à s’exprimer. Il y a un travail sur l’humain qui est adapté à chaque situation. Et derrière cela, il y a aussi la compréhension des besoins de l’entreprise.

Comment travaillez-vous ensemble ?

Dans un 1er temps, nous vérifions si on ne peut pas faire bouger des gens au sein du Groupe dans le cadre de notre politique de mobilité interne.

Maintenant, il n’est pas toujours possible de trouver la personne idoine en interne. On cherche alors en externe. Quand nous avons des postes qui peuvent correspondre aux profils de jeunes de Mission Locale, nous nous tournons vers elle.

Les professionnels de la Mission Locale vont chercher parmi les jeunes suivis ceux susceptibles de correspondre au profil déterminé. Nous organisons ensuite très classiquement des entretiens pour rencontrer les candidats.

La Mission Locale nous propose deux à trois jeunes. C’est ciblé, sinon c’est une perte de temps et cela crée de la frustration chez des candidats auxquels on donne de l’espoir. C’est un travail sérieux et efficace.

Aujourd’hui, ce sont 12 jeunes qui sont employés par la société CEMOI, dont 7 en CDI et 5 en CDD (avec une pérennisation à la clé).

Lire la convention de partenariat signé le 27 janvier 2015 entre la Mission Locale Jeunes des Pyrénées-Orientales et le groupe CEMOI