#Moov 16.17 (Valence) : des activités culturelles pour mieux connaitre ses droits et les ressources de son territoire

Du côté des Missions Locales |

La Mission Locale Agglomération et Territoire du Valentinois lance une nouvelle action à destination des jeunes mineurs de 16 et 17 ans : l’action Moov 16.17, qui propose des activités culturelles pour leur permettre de développer leur autonomie. Rencontre avec Mélanie Dimino, conseillère et coordinatrice du projet dont la première session débute cette semaine.

D’où est venue l’idée de mettre en œuvre cette action ?

Nous faisons partie de la plateforme régionale de prévention du décrochage scolaire. Nous avons travaillé avec eux sur l’évolution d’un projet existant «Education à l’emploi » en ajoutant une forte dimension « culture ».

Au sein de la Mission Locale, nous avons échangé sur les manques que nous constations dans ce que nous proposons aux jeunes : les plus démunis étaient vraiment les 16-18 ans, c’est-à-dire les jeunes déscolarisés, qui n’ont pas encore de projet professionnel et qui ne sont pas allés vers l’apprentissage et vers la formation. Ils ont du mal à intégrer les offres de droit commun. Ils sont démunis en terme de connaissance de ce que peut leur offrir le territoire mais aussi en terme d’attitude et de savoir-être.

Nous avons très rapidement mis en place un groupe de travail et nous avons travaillé un an pour affiner nos propositions.

Nous nous sommes rendu compte que nous accueillons les jeunes de 25 ans comme ceux de 17 ans. Nous leur demandons quasiment le même niveau de connaissance du territoire. Or, les jeunes de 16-17 ans ne savent pas comment faire, à qui et où s’adresser pour faire avancer leur projet.

Nous nous sommes dit que nous allons leur proposer des ateliers qui leur permettront de prendre confiance en eux, des propositions d’activité qui les touchent comme le hip hop, le slam ou le travail sur la production artistique (création de décors de théâtre par exemple). Nous voulions mixer cela avec des actions sur le territoire, comme par exemple, aller visiter la mairie. L’association « Valence, ville d’art et d’histoire » les guidera dans leur visite et ils découvriront aussi par ce biais l’étendue des services administratifs de la mairie.

Comment avez-vous travaillé pour que les jeunes prennent connaissance de cette action ?

Nous avons d’abord informé toute l’équipe de la Mission Locale puis tous nos partenaires qui accueillent le même type de public que nous, mais avec des actions différentes. Ces partenaires sont dans le champ de la protection de l’enfance, les jeunes sont en lien avec des éducateurs.

De nombreuses actions sont menées sur le territoire. Nous nous inscrivons simplement dans la continuité en optant pour la complémentarité d’actions déjà existantes. L’objectif, ambitieux, est que le jeune puisse accéder à des actions jusqu’à ses 18 ans.

Nous avons organisé une réunion publique d’information sur l’action en octobre. Les représentants des partenaires ainsi que ceux de l’Education nationale sont venus.

Avez-vous rencontré les parents des jeunes ?

Nous les avons invités pendant les réunions d’informations collectives. Certains sont venus. Cela nous tient à cœur d’avoir un lien avec les parents. Ils seront invités pour les restitutions et pour le bilan. Ce lien avec les parents a déjà fait l’objet d’ateliers de réflexion du groupe de travail, sur la place et le rôle à leur donner. A Valence, nous avons un centre de santé jeunes très efficace, à l’écoute et disponible, qui délivre des consultations gratuites aux jeunes.

Quels sont les financements qui permettent l’action ?

Nous avons obtenu des financements pour deux sessions jusqu’à présent, la première commence cette semaine, et la deuxième en mars 2016. Nous commençons à chercher des financements pour le dernier trimestre 2016.

Les financements émanent de la région pour les deux tiers et du département et des entreprises privées pour le dernier tiers (la Fondation Valrhona et le Crédit Agricole).