Mobilité internationale : Partir permet de prendre confiance en soi

Du côté des Missions Locales |

La Mission Locale de Fougères (Bretagne) a développé un parcours de mobilité européenne en plusieurs étapes: un séjour court de proximité encadré, un départ en vacances autonomes, un séjour européen encadré et une expérience autonome de mobilité européenne. Chaque étape fait l’objet de préparation, notamment linguistique, et d’un bilan avec le groupe de jeunes. Rencontre avec Mathilde Forêt, conseillère référente Mobilité internationale, qui accompagne les jeunes en amont, pendant et après leur voyage.

La réunion de bilan avec des jeunes partis à Jersey (séjour européen encadré) vient de se terminer. Pouvez-vous nous faire un retour « à chaud » ?

L’ambiance de la réunion était gaie, les quatre jeunes présentes étaient vraiment enjouées en se remémorant leur voyage. Les mots que j’ai le plus entendus sont «aventure» et «débrouillardise».

Elles ont géré presque tout de façon autonome de A à Z, ça c’était intéressant. Comme le camping était assez excentré du village, il a fallu se déplacer en transport en commun donc s’orienter et se débrouiller, dès la première journée.

Elles ont également parlé des paysages, des jolies maisons colorées, de la culture, et évoqué les liens créés entre elles mais aussi avec deux étudiantes françaises parties à Jersey perfectionner leur anglais.

A quelles difficultés les jeunes ont-elles été confrontées, si difficultés il y a eu ?

Le choix des activités, tout d’abord : nous n’avons pas mis en œuvre tout ce que nous avions prévu dans les ateliers de préparation. D’abord, parce que les jeunes présents lors de la préparation ne sont pas forcément les jeunes qui sont partis (certains sont entrés en formation ou en emploi). Et aussi parce que nous avons dû prendre en compte le coût de la vie : Jersey est assez cher. Nous avions élaboré le budget lors des ateliers de préparation, et j’avais donc un financement spécifique à ne pas dépasser.

Même s’il n’y avait pas d’obligation à rester 24 h/24 toutes ensemble, la plupart des activités ont été faites avec tout le groupe. Certaines ont dit qu’elles ne se sentaient pas vraiment autonomes, du coup.

Le frein linguistique aussi parce que c’est vrai que chacune d’entre nous n’avaient pas forcément un bon niveau en anglais mais on a réussi à bien se faire comprendre même si notre anglais n’était pas parfait !

Vous ont-elles parlé de projets qui se seraient définis suite à ce séjour ?

Oui. Par exemple, cela a donné envie à certaines de suivre différents programmes, comme le Service Civique international ou le service volontaire européen, par exemple. D’autres ont conforté leurs projets à plus long terme : Anaïs envisage de partir travailler au pair dès septembre prochain ; Marie-Laure souhaite partir en Amérique latine faire un stage auprès d’une association qui œuvre auprès des publics handicapés ; Séverine souhaite faire un stage en tant que soigneur animalier en Inde.

L’une des jeunes n’avait pas fait l’expérience de séjour à l’étranger, c’était donc une première. Après Jersey, elle est partie à Barcelone dans le cadre du « parcours vacances » ( Lire également )qui fait partie du parcours mobilité européenne de la Mission Locale de Fougères.

Dans le cadre du parcours de mobilité européenne développé par la Mission Locale, certaines jeunes souhaitent partir à titre individuel suivre des stages professionnels, en Espagne ou au Portugal, et cela dès octobre ou novembre prochain. A suivre donc !

Témoignages d’Anaïs, 19 ans, Marie-Laure, 22 ans, et Mélodie, 23 ans, suite à leur séjour encadré à Jersey (Grande Bretagne) en mai 2015.

  • Ce voyage nous a permis de découvrir, de parler anglais et de voyager. La phase de préparation a été importante, notamment pour nous remettre à l’anglais et travailler sur nos envies en rapport avec notre budget (Anaïs, Marie-Laure, Mélodie).
  • Cela a confirmé mon envie de partir à l’étranger (Mélodie).
  • Quand on était là-bas, on devait être autonome : c’est une bonne expérience (Anaïs).
  • C’était un beau voyage, c’est à refaire ! La vie en groupe s’est bien passée (Marie-Laure).
  • Concernant le budget, on a pas fait tout ce qu’on avait prévu de faire (Mélodie).
  • On était autonome, on s’est débrouillé avec les transports en commun, par exemple (le camping était assez éloigné et on était tributaire du bus). On s’est orienté et organisé (Mélodie).
  • On a fait de belles rencontres et enrichi notre vocabulaire en anglais (Anaïs, Marie-Laure, Mélodie).