Les Présidents de La Réunion en séminaire : actualités et perspectives des Missions Locales

Du côté des Missions Locales |

L’Association régionale des Missions locales de La Réunion organisait le 12 novembre dernier un séminaire des Présidents et des élus des quatre Missions Locales, sur "la mise en œuvre des dispositifs d’insertion des jeunes et leurs impacts sur les Missions Locales". L’UNML était invitée pour contribuer aux débats et pour apporter un éclairage sur les évolutions nationales des politiques publiques.

Ce séminaire s’est tenu à Bras-Panon commune dont Daniel Gonthier, Président de la Mission Locale Est, est maire et conseiller départemental. Lors de son introduction, il a rappelé le rôle essentiel des élus représentant les collectivités locales dans le pilotage des Missions Locales et la nécessité d’un vrai partenariat avec l’Etat. En effet, le métier évolue, les financements se précarisent et se complexifient avec une charge administrative croissante pouvant mettre en cause la qualité du travail avec les jeunes.

Le président de l’Association régionale, Jacques Lowinsky, a souligné la nécessité pour les Missions Locales de relever le défi de l’avenir de la jeunesse dans l’île, avec notamment un taux de chômage très supérieur à la moyenne nationale. Il a rappelé l’importance de l’implication des élus, Présidents des Missions Locales, dans le pilotage des structures et la nécessité d’une démarche commune au plan régional pour faire valoir leurs intérêts et leurs projets.

Les Missions Locales, lieux d’élaboration des projets des territoires pour la jeunesse et membres du service public de l’emploi, sont très engagées dans le déploiement des dispositifs publics d’accès des jeunes à l’autonomie et à l’emploi. Elles ne sont pas seulement les outils de la mise en œuvre des politiques d’insertion des jeunes. Les nouveaux financements accordés étant essentiellement liés au déploiement des dispositifs, Jacques Lowinsky a souligné les conséquences possibles sur l’équilibre financier et la trésorerie des structures.

Pour le Président de la Mission Locale Sud de La Réunion, Hermann Rifosta, les Missions Locales ont besoin de perspectives pour s’adapter aux jeunes confrontés à de nombreuses difficultés. Elles doivent aussi créer les conditions de leur participation comme le fait sa Mission Locale dans le cadre du « conseil consultatif des jeunes ». C’est une approche qui peut donner une conscience citoyenne, un espoir et des perspectives à des jeunes qui accèdent difficilement au droit commun.

Ce séminaire a permis de faire un état des lieux de l’engagement du réseau des Missions Locales de La réunion dans l’insertion socio-professionnelle des jeunes. En 2014, 43 789 jeunes ont été accompagnés par le réseau régional, dont 11 161 ont été accueillis pour la 1ère fois.

Depuis 2013, le réseau a contribué à l’accès de plus de 8 000 jeunes aux emplois d’avenir, dont 81% dans le secteur non-marchand. Près de 1 500 contrats ont été renouvelés.

Le département de La Réunion a fait partie de la première vague de l’expérimentation de la Garantie jeunes, dont tous les participants ont salué l’intérêt pour les jeunes.

Depuis octobre 2013, près de 3 500 jeunes ont été accompagnés dans un parcours contractualisé vers l’autonomie et l’emploi. 16 % de ces jeunes sont hébergés chez leur famille ou des amis, 5% sont en foyer, CHRS, hébergement nomade ou sans logement. Plus de 11 000 situations professionnelles ont été mobilisées, dont plus de 2 000 contrats de travail ou en alternance.

Les Missions Locales de l’île sont également très investies dans la mobilisation de l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ). 2 520 jeunes ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation (NEET) ont été engagés dans une des actions initiées par le réseau régional qui devraient concerner 3 785 jeunes à terme. Prés de 7 millions d’euros sont mobilisés au titre de l’IEJ.

Enfin les questions liées aux moyens financiers et aux ressources humaines ont alimenté une grande partie des débats entre les Présidents et les administrateurs des Missions locales de l’Île. De 2009 à 2014, les effectifs salariés des Missions Locales ont augmenté de plus de la moitié, passant de 235 à 409 salariés, dont une grande majorité est constituée de conseillers. Ceux-ci voient le contenu de leurs activités évoluer avec de nouvelles pratiques professionnelles, de nouveaux outils à prendre en compte dans leurs actions avec les jeunes comme avec les entreprises.

Les Présidents ont fortement insisté sur la nécessité de la sécurisation des financements des Missions Locales dont la part de crédits précaires augmente, pour donner une stabilité professionnelle aux salariés, gage de qualité de leur action avec et pour les jeunes.