Kevin Gohard/Mission Locale de Dijon : du bénévolat au métier d’animateur socio-culturel

Du côté des Missions Locales |

Après avoir débuté comme bénévole au sein du collectif jeunes de la Mission Locale de Dijon, puis comme volontaire en Service Civique, Kevin est maintenant engagé comme animateur socio-culturel en Emploi d’avenir. Il revient sur son parcours, et tient à tirer son chapeau à sa conseillère. Témoignage.

Photo : Kevin Gohard, à droite sur la photo, en atelier sport avec les jeunes d'un des collectifs Garantie jeunes

« J’habitais Angers où j’ai rencontré ma petite amie qui souhaitait faire ses études à Dijon. Elle est donc partie et j’ai mis un an à la rejoindre, en avril 2014. Je me suis tout de suite inscrit à la Mission Locale où j’ai rencontré Mélanie Marlière, ma conseillère.

Elle m’a proposé d’être bénévole dans le collectif Jeunes à la Mission Locale de Dijon. Après 3 mois comme bénévole, j’ai postulé comme volontaire en Service Civique. Je me suis engagé pendant 8 mois comme ambassadeur de la parole des jeunes. Au jour d’aujourd’hui, je suis animateur : je suis passé « de l’autre côté » !

Au début, comme bénévole, le collectif m’a vraiment beaucoup apporté. Ils m’ont aidé à surmonter ma timidité et m’ont offert la possibilité de discuter avec d’autres personnes sans avoir de boule au ventre ! Au bout d’un ou deux mois, je me suis bien intégré. Là, j’ai commencé à apporter quelques idées, comme la création d’un forum sur les métiers d’art. Nous avons fait aussi pas mal de courts-métrages, du scénario au montage. Les sujets étaient axés sur les problématiques que les jeunes peuvent rencontrer : les premiers rendez-vous avec le banquier, les discriminations, le chômage. On a créé un journal fait par les jeunes et pour les jeunes (à lire également à ce sujet : C’est maintenant un réflexe à la Mission Locale de Dijon : nous ne faisons plus sans les jeunes). L’idée est que la parole des jeunes soit vraiment partagée avec les conseillers et aussi les élus municipaux.

Comme volontaire en Service Civique, j’étais à l’écoute des jeunes, de leurs idées. Et je les aidais à les développer et en faire des projets concrets pour les présenter ensuite aux conseillers, aux gens qui voulaient les découvrir. Je m’occupais aussi de la communication autour des projets.

Je suis maintenant animateur, salarié en Emploi d’avenir depuis trois mois. Pendant ma mission de Service Civique, la Garantie jeunes se mettait en place à la Mission Locale. J’ai fait beaucoup de réunions avec un collègue, Cyril : on s’est rendu compte qu’il fallait un animateur pour amener les jeunes à la culture. A ce moment là, je me suis dit que cela pouvait m’intéresser. J’ai commencé à travailler sur ce projet, je voulais me lancer. En fait, j’ai « écouté la création du poste », entendu les besoins formulés lors de ces réunions.

Comme je suis salarié en Emploi d’avenir, nous avons réfléchi à un parcours de formation : je prépare actuellement ma candidature pour passer le BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport). C’est la suite logique de ce que j’ai fait avant.

Pour conclure, sans Mélanie Marlière, ma conseillère, je n’en serai vraiment pas là. Elle a été au top du top !!! »