Jeunes errants : « Nous nous sommes rencontrés et avons réfléchi ensemble »

Du côté des Missions Locales |

La R'ssource, lieu d'accueil nantais dédié aux jeunes en errance, rassemble dans le même lieu des intervenants de la Mission Locale de Nantes, d’une association de réinsertion, Le 102 Gambetta et d’une association spécialisée dans les problématiques liées à l’addiction, Otélia. Situé dans le centre-ville de Nantes, il est ouvert depuis avril 2014. Léone Boisseleau, présidente de l’association Le 102 Gambetta qui porte ce projet partenarial, revient sur sa genèse et les propositions faites aux jeunes.

Lire le témoignage d'Odile Lacire, Directrice adjointe de la Mission Locale de Nantes

Pourriez-vous revenir sur l’objet du projet, sur ses objectifs ?

Au sein de notre association Le 102 Gambetta, nous travaillons pour les jeunes en errance de moins de 30 ans en leur proposant un accompagnement social et administratif. Nous les accompagnons en CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale) et dans le cadre d’un contrat de soutien d’autonomie des jeunes (mesure départementale de Loire-Atlantique). Grâce à cette mesure, les jeunes touchent un revenu, en contrepartie d’un engagement pris auprès du Conseil général à respecter le contrat visant à leur insertion.

On s’est aperçu que ces jeunes ne pouvaient pas être accompagnés en centre d’hébergement de manière classique. Ils sont en rupture sociale et ont des difficultés à rester dans un établissement, en accepter les règles de vie commune, comme les horaires de fermeture, de repas, l’interdiction de consommer de l’alcool…

Si ces exigences peuvent être aidantes pour certaines personnes parce que « cadrantes », elles ne sont pas adaptées aux jeunes les plus exclus.

Dès le début, on a donc voulu créer un accueil spécifique. Les réponses proposées aux jeunes étaient différentes : elles n’étaient pas directement liées à l’emploi ou à la formation. Cet accueil était conçu comme un lieu d’approche des jeunes où ils allaient trouver du plaisir à participer, par exemple, à un atelier bricolage ou à faire de la cuisine avec d’autres.

La réflexion a continué à mûrir de notre côté. Et il s’avère que la Mission Locale de Nantes s’interrogeait également sur ses actions en faveur des jeunes rencontrant le plus de difficultés. Nous nous sommes donc rencontrés autour de cette question et avons réfléchi ensemble.

Un autre partenaire nous a rejoints, l’association Otélia qui suit les problématiques d’addiction à Nantes. L’idée qui a germé était de rassembler dans un lieu unique les trois partenaires, afin de garder au maximum le contact avec les jeunes. En effet, jusqu’alors, les jeunes pouvaient aller vers les trois structures. Le risque était grand de « les perdre ».

Avez-vous suffisamment de mois d’activité pour avoir du recul sur l’activité de la R’ssource ?

Oui, tout à fait. Le centre est ouvert maintenant depuis presque un an. Nous recevons 6 à 7 jeunes à chaque permanence. Les jeunes viennent essentiellement via le bouche à oreille. Les partenaires aiguillent aussi les jeunes. Nous avons reçu environ 400 jeunes entre avril et octobre 2014.

Que proposez-vous en termes d’hébergement ?

Nous avons trois logements individuels dans le privé à proximité du lieu d’accueil. Ce type de logements permet de pouvoir accueillir des couples, des jeunes avec des chiens. Il y a également un service de soins assuré par l’association Otélia, avec la venue régulière d’un infirmier.

Et nous avons un partenariat avec une vétérinaire pour l’approche du chien et les relations du jeune en errance avec son chien.

Qu’en est-il des prochaines étapes ?

Nous nous battons pour que des financements complémentaires nous soient attribués.

Les financements et les mises à disposition

Une année d’ingénierie (2013) : détachement d’une salariée de l’association Le 102 Gambetta. La Mission Locale met à disposition une conseillère trois demi-journées par semaine. Les financements sont issus de l'Etat, de la Ville de Nantes, de Nantes métropole et du Conseil Général de Loire-Atlantique

Lire également les témoignages d'Antoine, 22 ans et Michel, 19 ans, à l'espace "La R'ssource" à Nantes