Emplois d’avenir en Picardie : il faut donner aux jeunes des clés pour sécuriser au maximum leur parcours professionnel

Du côté des Missions Locales |

L’Arifep, Association régionale pour l’insertion, la formation et l’emploi de Picardie, est porteuse du programme régional d’animation des Missions Locales. Elle publie son bilan des Emplois d’avenir à fin 2014, réalisé avec l’ensemble des Missions Locales de la région dans l’objectif d’informer et de valoriser ce qui se passe dans ces territoires. L’occasion de rencontrer Zohra Boukabous, sa directrice et Pascale Clere, chargée de projet, qui reviennent sur les principales caractéristiques du bilan et les perspectives pour 2015.

Lire le bilan 2012-2014

Principales caractéristiques

  • La Région Picardie compte 17 sièges de Missions Locales sur 17 territoires qui diffèrent en fonction des publics et des bassins d’emploi.
  • 6243 jeunes ont signé un contrat en Emplois d’avenir
  • Les CDI et CDD de plus de 2 ans représentent 49.5% des contrats
  • Un peu plus de 50% des contrats sont des CDD de 1 à 2 ans
  • 63.2% des jeunes ont entre 18 et 21 ans
  • 86.9% des jeunes ont un niveau de qualification inférieur au Bac
  • Un peu plus de 11% des jeunes suivent une formation pré-qualifiante ou qualifiante

Quels sont les principaux résultats du bilan qui vient de sortir ?

Pascale Clere : C’est un document synthétique qui permet de mettre en relief ce qui se passe dans la mise en oeuvre des Emplois d’avenir.

Un des objectifs des Emplois d’avenir est de faire monter en compétences les jeunes afin qu’ils s’inscrivent durablement dans le marché du travail. Le rôle de l’Arifep est d’accompagner la mise en oeuvre du dispositif et, dans ce cadre, nous avons pu analyser la manière dont les employeurs formaient les jeunes. On a pu constaté que la majorité des formations concernent l’adaptation au poste de travail et l’acquisition de nouvelles compétences.

11% des jeunes salariés en Emplois d’avenir ont suivi une formation qualifiante ou pré-qualifiante. Comment l’expliquez-vous ?

Pascale Clere : Depuis quelques mois, on entend qu’il y a des difficultés de financement de parcours de formation par les OPCA. Cela n’est pas apparu tout de suite parce qu’au début, il fallait déjà trouver des contrats pour les jeunes, sachant qu’il y a un laps de temps de 3 mois pendant lequel l’employeur mène une réflexion sur le plan de formation et nous l’accompagnons bien sûr dans cette démarche. Il s’agit de trouver une offre de formation adaptée et de proximité, en lien avec le projet professionnel du jeune.

De plus, une partie non négligeable, soit 50% des contrats, a été signée pour des durées courtes d’un à deux ans, ce qui explique que l’employeur ne se lance pas tout de suite dans une formation qualifiante. C’est la raison pour laquelle nous relevons un faible taux de formation pré-qualifiante et qualifiante.

Quels sont les axes de progrès et les perspectives que vous envisagez pour 2015-2016 ?

Zohra Boukabous : Nous voulons maintenant analyser la qualité des sorties. Il y a eu beaucoup de contrats courts, d’une durée d’un an. Cela signifie que le turn-over et le flux des sortants à court terme vont être importants. Il va falloir que nous nous penchions sérieusement sur cette question.

L’idée est de mobiliser le réseau des Missions Locales à partir d’une analyse complémentaire à celle-ci. Par exemple, revenir sur les rythmes de sorties par territoires, par Mission Locale, par secteur, par nature de contrats, par profil de jeunes.

Nous allons travailler à la mise en place d’une stratégie, qui devrait se traduire par un plan d’action et d’accompagnement des sorties. Les réponses à apporter pourraient être différentes en fonction des secteurs marchand ou non marchand. L’idée est également d’impliquer Pôle Emploi.

C’est important parce que l’objectif des Emplois d’avenir est de permettre aux jeunes de monter en qualification. Dans le même temps, il faut garder en tête que leur avenir se prépare sur le long terme, dans la durée, il faut donner aux jeunes des clés pour sécuriser au maximum leur parcours professionnel, et cela, dès le début.

Les résultats de cette étude prochaine sur les sorties des jeunes salariés en Emplois d’avenir dans la région Picardie seront publiés dans l’Info Hebdo de l’UNML.