Andréa Pampini, en Service Civique: «J’ai compris que ce que je voulais faire pouvait prendre une autre forme»

Du côté des Missions Locales |

Rencontre avec Andrea Pampini qui vient de terminer sa mission de Service Civique de 6 mois à la Mission Locale des Bords de Marne, dans le cadre d’une formule pour prévenir le décrochage scolaire (MOREA*).

A lire également : MOREA/Service Civique : une formule pour prévenir le décrochage scolaire, Interview d’Elodie Méline, en charge du tutorat des jeunes volontaires en Service Civique à la Mission Locale des Bords de Marne.

Comment décririez-vous votre mission de Service Civique ?

J’ai mis en place un atelier artistique où je proposais aux jeunes une analyse d’une œuvre d’art, un débat sur un sujet qui leur plaît… Nous avons échangé à propos des activités liées à la culture et aux loisirs développées par la Mission Locale et ses partenaires. Mon but était de montrer que la culture est pour tous, il n’y a pas besoin de diplômes ni de connaissances spéciales pour apprécier des œuvres.

Au début, je dois avouer que c’était difficile, les groupes n’étaient pas très attentifs. J’ai essayé de trouver la meilleure solution pour les amener à s’y intéresser, par exemple, en leur montrant que l’on peut apprendre des choses en s’amusant. Petit à petit, ils sont venus plus régulièrement et on débattait sur la peinture, sur la photo…

Vous venez de finir votre mission de Service Civique. Que vous a-t-elle apporté ?

Elle m’a apporté un épanouissement intellectuel, relationnel, une nouvelle vision du monde. Au cours de ces six mois, j’ai dû me poser de nombreuses questions : comment aider les jeunes à travers ce que j’aime faire ? Comment les amener à aimer telle ou telle chose, sans les forcer ? Cette expérience m’a aussi montré que le monde du travail n’est pas forcément comme je le voyais, c’est-à-dire hiérarchique, stéréotypé. Le travail d'équipe est très important.

Cela m'a aussi permis de réaliser que la vie ne s’arrêtait pas à un choix prédéfini.

Comment définiriez-vous le travail par rapport au volontariat ?

Le travail, je le vois de deux façons : comme une façon de s’épanouir, d’acquérir des armes qui permettront d'affronter le monde avec plus de détermination, et puis évidemment comme un moyen de gagner de l’argent, d'amener vers l'autonomie.

Le volontariat, je le vois comme une opportunité pour s’ouvrir au monde.

  • Le MOREA : Module de représentation à l'examen par alternance est un dispositif d’aide à l’insertion mis en place dans chaque académie par l’Education nationale. Il s’adresse à des jeunes ayant échoué 2 fois à l’examen du baccalauréat et désireux de le préparer de nouveau selon une organisation pédagogique différente, tout en restant scolarisés en formation initiale. Il dépend de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS). Pour en savoir plus : Textes de référence - Bénéfice de la conservation des notes