Un film sur les actions de la Mission Locale, réalisé pour les jeunes, par des jeunes

Du côté des Missions Locales |

Des jeunes de la Mission Locale de Salon-de-Provence, accompagnés par des conseillers, dont Roger Serviès, et par Lola Pey, jeune volontaire en Service Civique, ont réalisé le film «Bref, je suis allé à la Mission Locale…», d’après le concept «Bref, je…», bien connu des jeunes. Très réussi – et libre de droit – le film montre le point de vue d’un jeune qui ne connait pas la Mission Locale et qui la découvre. Retour sur la réalisation du film, avec Lola Pey.

Regarder le film

Voir aussi le portrait de Lola Pey réalisé par ML Prod

Quand est née l’idée du film ?

J’ai démarré au mois d’août 2013 comme bénévole. Et nous avions à ce moment-là déjà comme projet de vidéo de présenter les Missions Locales de manière ludique. Nous avons eu entre temps beaucoup d’autres projets. Je suis rentrée quelques mois après en Service Civique. C’est à partir du mois de décembre que nous nous y sommes remis, en commençant par l’écriture du scénario.

Comment le groupe s’est-il constitué ?

Au départ, on était 4 ou 5 jeunes, bénévoles et jeunes en Services Civiques. Et bien sûr, Roger Serviès nous a rejoint (le conseiller qui joue le rôle dans le film) : c’est avec lui que cela a été écrit. On a ensuite recherché l’acteur pour jouer le rôle du jeune et on a trouvé Hugo en janvier 2014 (ndlr : par le biais d’un casting lancé à la Mission Locale, en utilisant les réseaux sociaux et par un affichage dans toute la ville de Salon, l'affiche ayant été réalisée par les jeunes eux-mêmes).

A la base, je suis technicienne du son et je n’avais aucune expérience en réalisation. Personne dans l’équipe n’avait déjà fait une réalisation professionnelle. Le groupe de jeunes a évolué au cours du film. Des comédiens et beaucoup de jeunes ont participé à l’écriture.

Nous étions aidés par une conseillère, Shakira Shamtally, pour toutes les questions de demandes d’autorisation, par exemple. Et on faisait un point chaque semaine avec elle.

Ce qui a pris le plus de temps, c’était toute la préparation en amont, trouver les acteurs, les lieux. …

Pour le bus, on a été directement à l’entrepôt de bus et le directeur a proposé de mettre un bus et un conducteur à disposition juste pour nous !

Le projet a –t-il évolué en cours de route ?

Pendant la réalisation, on a changé le scénario parce qu’on s’est rendu compte que des choses ne «collaient» pas. On a souvent dû réécrire, principalement la voix off.

On était d’accord depuis le début sur l’aspect humoristique du film. Ce n’était pas évident parce qu’on voulait montrer un jeune en galère dans sa vie professionnelle et quotidienne. Mais on ne voulait surtout pas que cela soit déprimant ! »