Le programme «Groupements de créateurs» fait ses preuves

Actualités partenaires |

"Le programme [Groupement de créateurs] permet une amélioration substantielle du niveau de vie, dans un environnement salarial stable, et une nette progression de l’autonomie financière", affirme le Crest (Centre de recherche en économie et statistique) dans son rapport d’évaluation sur le programme, publié en décembre 2016 et présenté lors de l’événement "Entreprendre son avenir" organisé à Paris le 12 décembre dernier par l'Association nationale des Groupements de créateurs, en présence de Mme la ministre du Travail et de l'UNML, partenaire de l'Association nationale des Groupements de créateurs depuis 2013.

Lire le rapport d'évaluation du Crest sur les Groupements de Créateurs

Lors de cet événement, le Crest (Centre de recherche en économie et statistique) a présenté les résultats de l’évaluation du programme Groupement de créateurs.

Parmi les principaux résultats observés, l’accélération de l’entrée des jeunes en formation est "une belle réussite" de ce programme, explique Bruno Crépon, chercheur au Crest. Si les jeunes ayant bénéficié de cet accompagnement ne sont pas plus nombreux à créer leur activité, ils sont davantage à être en emploi à l’issue du programme, un résultat qui peut sembler paradoxal. "La finalité n’est pas la création d’entreprise mais d’être entrepreneur de son intégration", précise Bruno Crépon.

Conçu au sein de la Mission Locale de Sénart (Seine-et-Marne) en 1999, et déployé au sein du réseau des Missions Locales, avec l'appui de l'UNML, "le programme cherche à amener le jeune à se prendre en main et à être le seul acteur de son projet", explique le Crest dans son rapport. "Il est facile de s’enfermer dans le désir d’entreprendre et de rester dans une situation de statut quo, ce programme permet d’affronter le réel et ses propres rêves", indique Bruno Crépon, chercheur au Crest. "L’objet de cette évaluation est de savoir quel est le pas suivant dans la conception du programme, que ce soit en matière de financements ou pour améliorer encore l’effet de levier du dispositif", poursuit le chercheur.

Meilleur taux d'accès à la formation

"Un premier impact saillant du programme est d’accélérer l’entrée des jeunes en formation", observe le Crest. Les jeunes bénéficiaires ont ainsi "un taux d’accès à la formation nettement supérieur aux autres" (20 % des jeunes du groupe test ont suivi une formation professionnalisante, contre 10 % dans le groupe témoin). "C’est déjà une belle réussite de ce programme car ces jeunes ont un niveau de qualification très faible et ont une aversion pour le retour à l’apprentissage", explique Bruno Crépon qui ajoute que, "par rapport à d’autres programmes évalués, celui du Groupement de créateurs fait sur ce point une sacrée différence, en jouant sur la motivation intrinsèque des jeunes".

Le programme prévoit de suivre une formation spécifique, le Duca (Diplôme universitaire à la création d’activité). 8 % des jeunes du groupe test déclarent avoir suivi une formation via le Groupement. "Ce diplôme est un levier de motivation extrêmement puissant", note Bruno Crépon.

Hausse de la proportion de jeunes en emploi à l’issue du programme

À l’issue du programme, les jeunes ne sont pas plus nombreux à créer leur propre activité mais la proportion de jeunes en emploi passe de 31 à 38 % au cours de la deuxième année. Cette sortie vers l’emploi salarié peut sembler surprenante, toutefois, Bruno Crépon explique que "la finalité n’est pas la création d’entreprise mais d’être entrepreneur de son intégration". Le salariat "peut sembler préférable à long terme ou être choisi comme étape intermédiaire en vue de se préparer à une activité indépendante future", selon le Crest.

Cette hausse de l’activité s’accompagne d’une "forte hausse des revenus", observe le Crest : "le programme permet une amélioration substantielle du niveau de vie, dans un environnement salarial stable, et une nette progression de l’autonomie financière". Ainsi, la proportion de jeunes ayant des revenus dépassant 1 000 euros par mois passe de 26 à 35 %.