Etude Crédoc sur le Service Civique : une image positive mais une demande de plus grande accessibilité

Actualités partenaires |

Le Service civique bénéficie d’une image positive au sein de la population française, et une fraction de celle-ci estime que son accessibilité devrait être améliorée. Tels sont les premiers résultats du rapport commandité par l’Injep au Crédoc sur l’engagement des jeunes, en lien avec l’Agence du service civique et la Direction de la jeunesse de l’éducation populaire et de la vie associative.

Lire la synthèse de l'étude

L'UNML et le Service Civique

Dès 2010, l’UNML a encouragé la mobilisation de l’ensemble des Missions Locales en signant une convention de partenariat avec l’Agence du Service Civique le 8 juillet 2010 et en obtenant un agrément national pour le réseau. L'agrément national a conduit le réseau à devenir progressivement le 3ème plus grand réseau en nombre de jeunes volontaires engagés chaque année. Le renouvellement de l'agrément pour 2014-2016 a été l’occasion pour l’UNML de repenser les missions de Service Civique agréées, pour renouveler les missions, mieux s’adapter aux besoins des Missions Locales et aux pratiques observées sur le terrain.

A lire également : Vers l’universalisation du Service Civique : le réseau des Missions Locales s’engage depuis plus de 5 ans

Les chiffres-clés du rapport du Crédoc

Le 1er juin 2015, le Service civique devient universel : à cette date tous les jeunes de moins de 25 ans doivent pouvoir demander à s’engager pour faire l’expérience du vivre ensemble, de la citoyenneté, de l’intérêt général.

Le Service civique bénéficie d’une image positive au sein de la population française et une fraction de celle-ci estime que son accessibilité devrait être améliorée.

Tels sont les premiers résultats du rapport commandité par l’INJEP au CREDOC sur l’engagement des jeunes, en lien avec l’Agence du service civique et la Direction de la jeunesse de l’éducation populaire et de la vie associative.

  • Six personnes sur dix citent comme premiers avantages des effets positifs en termes d’insertion et d’épanouissement personnel pour le volontaire.
  • Un tiers valorise avant tout son utilité pour la société et pour les structures accueillantes.
  • Un Français sur cinq n’y voit aucun inconvénient.
  • Ceux qui y voient des inconvénients, loin de remettre en cause le dispositif dans sa finalité, appellent plutôt à son développement, pointant son manque d’accessibilité (18% des Français et 22% des moins de trente ans) et une rémunération insuffisante (17% et 18% chez les jeunes).