Conférence des présidents d’ARML et interventions auprès des ministres : l'UNML mobilisée

Représentation du réseau |

Au moment où de nombreuses politiques publiques sont en cours d’élaboration, l’UNML se mobilise pour formuler des propositions concernant la jeunesse et les Missions Locales, à partir des travaux conduits avec la Conférence des présidents d’ARML et leurs directeurs. L’UNML est également associée aux travaux de la Haut-commissaire aux transformations des compétences et à ceux des différents délégués interministériels.

La Conférence des présidents d’Association régionale des Missions Locales s'est réunie le 24 janvier dernier. Au cœur des échanges : les financements 2018 du réseau des Missions Locales et l’organisation du soutien technique apporté par l’UNML aux équipes d’animation régionale.

Au nom de la Conférence, l’UNML a alerté la ministre du travail, Muriel Pénicaud, sur les difficultés financières rencontrées par le réseau des Missions Locales dans de nombreux territoires, suite à l’annonce de la réduction de subventions et malgré le maintien des crédits de l’Etat liés à la CPO à hauteur de 206 millions d’euros.

Malgré les nombreux rapports (IGAS, Sénat) parus récemment et l’alerte de la Conférence des présidents des ARML en mai 2016 qui a donné lieu à la publication d’un Manifeste, et alors que l’urgence de la situation nécessite une mobilisation forte de l’ensemble des partenaires du réseau des Missions Locales, l’organisation des conférences des financeurs, annoncée depuis le 16 octobre 2016 (lire le décret) est au point mort.

La Conférence des présidents d’ARML avait pourtant demandé, dans la suite des délibérations de l’AG de l’UNML, que l’Etat contribue rapidement à organiser les conférences des financeurs dans tous les territoires, avec la participation des Régions, des Départements, des communautés de communes et des communes, pour garantir la cohérence et la sécurisation des financements des Missions Locales et des ARML.

Autre point stratégique : l’UNML a également interrogé la déléguée générale de la DGEFP, Carine Chevrier, sur les dysfonctionnements d’I-Milo, système d’information des Missions Locales, mais aussi sur son pilotage stratégique par l’Etat et sur sa lenteur, voire ses difficultés d’adaptation aux évolutions des politiques publiques.

En effet, si le réseau se mobilise fortement pour le déploiement des politiques publiques, il se trouve trop souvent dans l’incapacité de rendre compte, via son système d’information, de la qualité de son engagement et du professionnalisme de son action avec les jeunes. Cet état de fait se vérifie avec les actions menées dans le cadre du PACEA, du conseil en évolution professionnelle et du compte personnel de formation. Et il faudra que les Missions Locales puissent valoriser leur engagement dans le plan d’investissement dans les compétences.

L’UNML a d'ailleurs formulé de nombreuses propositions à Estelle Sauvat, Haut-commissaire à la transformation des compétences, et cela depuis sa nomination, afin d’engager le réseau des Missions Locales dans la réussite du Plan d’investissement dans les compétences en faveur des jeunes les moins formés et les plus vulnérables. Ces propositions concernent tant l’accès des Missions Locales à l’information, les processus d’inscription des jeunes aux actions de formation à partir d’I-Milo, que l’action des Missions Locales dans le développement de l’alternance et la sécurisation financière des parcours de formation des jeunes.

L’accompagnement des jeunes vers les métiers de demain est aussi au cœur de l’édition 2018 de la Semaine nationale des Missions Locales (15 au 23 mars). Les événements organisés dans toute la France illustreront le travail d’accompagnement des Missions Locales, qui permet aux jeunes de développer ou d’adapter des compétences pour anticiper les nouveaux besoins, dans la période actuelle de transition notamment numérique et écologique.

L’UNML est également associée aux travaux d’Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté et la précarité des jeunes, avec des propositions transmises sur l’évolution des politiques publiques pour renforcer leur accès aux droits et sur le rôle des Missions Locales, assembliers des compétences dans les territoires.

Enfin, l’UNML rencontre prochainement Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat aux personnes handicapées pour évoquer notamment l’action des Missions Locales avec et pour les jeunes en situation de handicap : près de 30 000 jeunes sont accompagnés, plus de la moitié des jeunes (15 058) ont bénéficié d’une situation professionnelle en 2016, avec une moyenne de 2 mesures dans l’année dont un emploi (11 300), une formation (7 500), une immersion professionnelle 57 400) ou un autre dispositif de formation (1 500). Plus de 4 600 jeunes en situation de handicap ont été accompagnés dans le cadre de la Garantie jeunes depuis son lancement.

Le réseau des Missions Locales est le premier service public d’accompagnement des jeunes. Au travers de ces rencontres et de sa réflexion, l’UNML contribue, à partir des travaux conduits avec les élus et les professionnels, à placer le réseau au cœur de l’élaboration des politiques publiques qui concernent les jeunes, non seulement comme acteur du déploiement de ces politiques mais aussi comme co-constructeur.