C'est mon boulot. Les Missions Locales, méconnues mais efficaces (France Info #MissionsLocales2017)

Représentation du réseau |

Un des objectifs premiers de la Semaine nationale des Missions Locales : mieux faire connaitre leur action et leur existence en tant que réseau auprès des décideurs comme du grand public. Une revue de presse sera bientôt accessible en ligne. Un avant-goût toutefois, avec Philippe Leport (France Info) qui a consacré sa chronique "C'est mon boulot" de jeudi dernier au rôle des Missions Locales, tout en annonçant la Semaine nationale et en mentionnant le lien vers la cartographie des événements.

Voir la cartographie des événements de la Semaine nationale des Missions Locales

Ecouter le billet

Texte du billet :

La semaine nationale des Missions Locales vient de débuter, jeudi 9 mars 2017 (jusqu'au 17 mars). Plus de 700 événements sont organisés partout en France pour mieux faire connaître ces associations qui ont pour but de remettre en selle les 18-25 ans, avec de très bons résultats.

Ces bons résultats, l’inspection générale des affaires sociales, l’IGAS, qui peut se montrer très sévère, les reconnaît, surtout auprès des jeunes les plus défavorisés. Mais à part cette population, qui connaît les Missions Locales ? Elles ont pourtant été créées il y a 35 ans.

Un jeune sur cinq entre 18 et 25 ans pousse chaque année les portes de leur Mission Locale, soit 1,5 million de jeunes reçus chaque année. L'objectif est avant tout de les aider à trouver du travail, ce qui fonctionne plutôt bien : un jeune sur deux est en emploi ou en formation à l’issue de son parcours d’accompagnement de deux ans en moyenne. C'est le même taux qu’à Pôle Emploi, alors que le public est plus éloigné du marché du travail.

Les Missions Locales sont intégrées dans le tissu économique local

Ce qui explique d'abord ces bons résultats, c'est le volontariat. Tous les jeunes pris en charge viennent d’eux-mêmes. Ensuite, ils sont suivis par un seul référent, tout au long du parcours. Enfin, les Missions Locales ont une très bonne connaissance du tissu économique local. Elles sont en contact avec les entreprises et connaissent leurs besoins. Elles sélectionnent les jeunes et les préparent aux entretiens. Un entrepreneur reconnaît, par exemple, que si la Mission Locale n’était pas derrière, elle ne recevrait pas certains jeunes, très éloignés de la vie sociale. Un autre apprécie le travail de pré-sélection, qui se fait surtout sur le savoir-être des jeunes, déterminant pour que ses clients soient satisfaits.

Leurs missions évoluent

Depuis le début de l’année, les Missions Locales sont chargées, partout en France, de piloter la Garantie jeunes, un accompagnement assorti d'une allocation pour les jeunes les plus en difficulté, ni en étude ni en emploi, en échange de formations et de périodes d’immersion en entreprise. Cela leur prend du temps et de la main d’œuvre. C’est un peu une révolution culturelle pour les Missions Locales, mais cela renforce leur rôle d’acteurs incontournables sur le terrain.