Un lieu ouvert, sans contrat ni obligation

Du côté des Missions Locales |

Odile Lacire, Directrice adjointe de la Mission Locale de Nantes, revient sur l’accueil proposé à la R’ssource pour le public des jeunes errants et sur le rôle de la conseillère Mission Locale.

Lire également le témoignage de Léone Boisseleau, présidente de l'association Le 102 Gambetta

Comment s’inscrit le rôle de la conseillère de la Mission Locale à la R’ssource ?

La conseillère assure deux permanences de deux demi-journées par semaine. La plupart des jeunes qui arrivent ne sont pas inscrits à la Mission Locale. Mais la Mission Locale peut également aiguiller des jeunes qui s’adressent d’abord à elle si elle pense qu’ils peuvent décrocher très vite d’un suivi « classique ».

L’espace La R’ssource est très ouvert : il y a à la fois de l’individuel mais aussi du collectif. Les jeunes ne sont pas obligés de venir en entretien individuel puisqu’il n’y a pas de relation contractuelle : on y vient, on y repasse, on y revient, on s’en va et on peut revenir 15 jours, un mois ou trois mois plus tard.

Dans un premier temps, le jeune, même s’il n’a pas de projet précis, peut aller rencontrer la conseillère de Mission Locale, et on l’inscrit à ce moment-là. Les premières demandes peuvent être des demandes d’aides financières pour la subsistance. Et c’est ensuite et petit à petit que la conseillère peut l’amener à évoquer d’autres problématiques (par exemple hébergement) et à éventuellement entamer un parcours d’insertion.

Mais c’est souvent et dans un premier temps lors des ateliers en collectif que les jeunes abordent les sujets qui les préoccupent. Et c’est à partir de là, qu’un accompagnement individuel peut commencer. Depuis le début de l’action, des jeunes ont intégré des CHRS, d’autres ont signé un CDD ou sont entrés dans un chantier d’insertion.

C’est un lieu conçu à partir des besoins de ce public spécifique…

Tout à fait, c’est le premier lieu aujourd’hui où l’on arrive à trouver cet équilibre pour les jeunes. D’autres lieux existent mais les jeunes peuvent se retrouver avec des SDF beaucoup plus âgés qu’eux, qui sont dans cette situation depuis très longtemps. Cela leur renvoie une image extrêmement négative. Alors que là, ils sont entre eux, et ils sont dans un premier temps sans contrat, sans obligation, c’est un lieu ouvert.

Lire également les témoignages d'Antoine, 22 ans, et Michel 19 ans à l'espace "La R'ssource" à Nantes